Dialogue… avec Thomas Docquir !

Pour ce nouveau podcast, nous explorererons les sujets qui rythment le quotidien des danseurs.

Nous avons le plaisir de lancer ce podcast avec Thomas Docquir !

Il a eu l’opportunité d’aborder son premier grand rôle, Rothbart dans Le Lac des Cygnes, et il nous raconte son expérience.

Crédit photo : Isabelle Aubert

Soirée Léon & Lightfoot / Van Manen

Cette année, nous vous proposons des playlists pour accompagner vos journées balletomaniaques !

En ce mois d’avril, préparons la jolie soirée Léon & Lightfoot / Van Manen qui sera dansée à Garnier du 18 avril au 23 mai !

crédit photo : Elena Bauer / ONP

Le Balletomane qui aimait le printemps

  • C’est le printemps !, me lança le Balletomane anonyme alors que je peinais encore à me remettre du changement d’heure. J’adore le printemps ! Je me demande d’ailleurs pourquoi on ne ferait pas une grande fête de la danse pour célébrer le printemps, comme un rite !
  • Parce qu’à chaque fois qu’on a fait ce genre de fête pour le printemps, ça a mal fini ( Afterite de McGregor, le 13 avril à Copenhague avec Études de Länder) ? Si tu veux un conseil, cette année contente-toi d’aller chez le fleuriste de bon matin comme Mrs Dalloway (Woolf Works de McGregor, le 7 avril à Milan) et tout se passera bien.
  • Non non non, ce n’est pas suffisant. Je pense qu’il faut organiser un pique-nique champêtre. Chacun sera le bienvenu (Welcome de Patrice Thibaud, le 6 avril à Chaillot). J’ai un pote garde-chasse, il s’appelle Hilarant… pardon, Hilarion (Giselle de Patrice Bart le 11 avril à Zürich), je suis sûr qu’il pourrait nous trouver une parfaite petite clairière. Je n’ai pas de nappe, mais je pourrais apporter les tapis d’orient pour s’installer… Oui, j’ai fait une grosse acquisition de tapis d’orient récemment, j’avoue que je ne sais pas trop quoi en faire (Symphonie des psaumes de Kylian, avec Artifact Suite de Forsythe et les Trois gnossiennes de Van Mannen le 14 avril à Vienne). Ensuite on ferait du jardinage. J’ai très envie de planter des roses (La belle et la bête de Kader Belarbi le 25 avril à Toulouse). Je pourrais même prévoir les arrosoirs (Speak for yourself de Léon et Lightfoot, avec les Trois Gnossiennes de Van Manen, le 18 avril à Garnier), et des graines (Seeds de Carolyn Carlson le 17 avril à Chaillot). En plus je crois qu’il y a des chèvres (Goat de Ben Duke le 16 avril aux Abbesses) dans le coin, même pas besoin d’enlever les mauvaises herbes, elles les mangeront ! Et après on ira prendre un Bain (de Gaëlle Bourges, le 3 avril à l’Espace Pierre Cardin) dans le ruisseau !
  • Il fait pas encore un peu froid pour ça ? On n’est pas à Arles quand même (L’arlésienne de Roland Petit, le 12 avril à Nice avec Trois préludes de Ben Stevenson et 5 tangos de Van Manen) !
  • Tssss…! Est ce que La petite sirène (de Neumeier, le 19 avril à San Francisco) s’est déjà demandé s’il faisait trop froid à ton avis ?
  • En même temps, est-ce que je ressemble à un poisson ?…
  • Et pour le soir, on fabriquerait des bougies avec la cire qu’un autre ami m’a refilée. Son entreprise d’ailes en cire a fait faillite récemment, quelqu’un lui a fait de la mauvaise pub sur Instagram (Wings of wax de Kylian, avec Bella Figura et Gods and dogs de Kylian le 16 avril à Lyon, ou avec Pas/Parts 2018 de Forsythe le 9 avril au TCE par le Ballet de Boston). Les influenceurs, ça est vraiment un problème. Bref, alors, tu y crois toi aussi, que le monde du ballet est prêt à respirer le printemps comme moi ?
  • Je crois que tu te fais de faux espoirs (Some home for the bastards de Frédérick Gravel le 11 avril à Chaillot). Si on en croit le teasing de la dernière création d’Alexander Ekman, encore un influenceur, tu ferais bien de ressortir ta combinaison de ski (Escapist le 5 avril à Stockholm) : il a décidé d’en mettre sur scène.

Le podcast des Balletomanes Anonymes #9 : D’Ores et Déjà !

Pour vous faire vivre la danse au plus près de ceux qui la font chaque jour, nous vous présentons notre podcast « Variations sur… ».

Ce mois-ci, zoom sur D’Ores et Déjà de Béatrice Massin et Nicolas Paul, avec les anciens interprètes !

Une autre manière de découvrir ce moment unique, avec les mots de ceux qui le vivent sur la scène.

Un grand merci à Samuel Bray, Guillaume Diop, Thomas Docquir, Chun-Wing Lam et Gaëtan Vermeulen pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions !

Crédit photo : Samuel Bray

ConcoursDesBA#15 L’Age d’Or au cinéma avec Pathé Live

Le ballet L’Âge d’or, satire de l’Europe des années 20, a été chorégraphié par le maître iconique du Ballet du Bolchoï Youri Grigorovitch

Sur la partition jazzy de Dmitri Chostakovitch, les danseurs du Bolchoï se meuvent sur des rythmes effrénés dans un ballet qui n’est joué nulle part ailleurs !

Pour servir cette intrigue au triangle amoureux passionné, les Étoiles Nina Kaptsova et Ekaterina Krysanova déploient chacune leur sens du swing, dans le rôle de Rita ou « Mademoiselle Margot » pour la première et dans celui de la farouche Lyuska pour la seconde. À leurs côtés, Ruslan Skvortsov (Boris) et Mikhail Loboukhine (Yashka), jouent du coude pour conquérir la belle Rita

L’histoire ? Dans les années 20, les bandits ont leur repère : le cabaret L’Âge d’or. Boris, un jeune pêcheur, aperçoit Rita, tombe sous son charme et la suit dans les rues bondées de la ville. Arrivé devant le cabaret, il se rend compte qu’elle n’est autre que la fameuse danseuse « Mademoiselle Margot » convoitée par le mafieux Yashka.

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 7 avril prochain au Gaumont Opéra Capucines à 16h en répondant à la question suivante :

Au bout de combien de représentations le ballet a-t-il été interdit l’année de sa création ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 26 Mars et le gagnant sera annoncé sur cette page !

Edit du 26 Mars : Le ballet a été interdit au bout de 18 représentations ! C’est Marianne qui a gagné deux places ! Merci à tous de votre participation. Marianne, nous t’envoyons un mail très vite pour les modalités de retrait des places.

Le ballet sera diffusé en HD et son 5.1 dans plus de 160 cinémas Pathé, Gaumont, Kinepolis, Cinéville, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 20 Mars 2019 15h jusqu’au 25 Mars 2019 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 26 Mars par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses reçues à l’adresse concoursdesba(at)gmail.com et annoncé sur cette page, sur les réseaux sociaux et par mail dès 15h.

La danseuse du mois : Roxane Stojanov !

Chaque mois (ou presque), le bureau a une chance folle de rencontrer nos danseurs préférés !

Ce mois-ci, c’est la radieuse Roxane Stojanov qui nous raconte les moments marquants de son début de carrière l’Opéra de Paris !

Si tu étais un pas de danse ? 

Le grand jeté

Si tu étais un chorégraphe ?

William Forsythe

Si tu étais une blessure ? 

Une entorse à la cheville

Si tu étais un costume ? 

Les costumes de Manon dans l’Histoire de Manon

Si tu étais un rituel ? 

Le Cluedo du dimanche soir !

Si tu étais un spectacle ? 

Roméo et Juliette

Si tu étais une folie ? 

J’ai fait le GR20 en Corse !

Si tu étais une qualité artistique ? 

La musicalité

Si tu étais une musique de ballet ? 

Le Boléro de Ravel

Si tu étais une odeur ? 

Le sorbet citron

Si tu étais un danseur de sexe opposé ?

Mickaïl Baryshnikov

Si tu étais un théâtre ? 

Garnier !

Si tu étais une superstition ?

Je ne suis absolument pas superstitieuse !

Si tu étais une procrastination ?

Coudre mes pointes

Si tu étais un bijou de scène ? 

Les colliers de La Dame aux camélias

Si tu étais une correction ? 

Elles sont toutes bonnes à prendre !

Si tu étais un prix ? 

Le prix Carpeaux

Si tu étais une muse

Terpsichore

Si tu étais une drogue ? 

Le chocolat

Si tu étais une partie du corps ? 

Le cou

Oh bal masqué ohé ohé

Cette année, nous vous proposons des playlists pour accompagner vos journées balletomaniaques !

En ce mois de mars, les costumes sont de rigueur, nous vous avons fait une petite sélection de masques et visages grimés !

crédit photo : Little Shao pour l’ONP

Le bulletin des BA #12

Les Balletomanes en vadrouille #3

On avait dit que la danse règnerait sur le monde, alors les Balletomanes ont décidé de se balader dans le monde entier !

Direction San Francisco pour 10 d’entre eux, pour voir danser Mathilde Froustey, principal dancer du San Francisco Ballet ! Ce fut une grande joie de voir « la petite french » danser avec tant de grâce Etudes d’Harald Lander, Divertimento de Balanchine et de la voir en cours et en répétition studio de La Belle au Bois dormant.

Le théâtre du War Memorial Opera House est immense, il peut accueillir plus de 3000 spectateurs. Le public est d’ailleurs au rendez-vous et très enthousiaste, il applaudit la troupe à chaque prouesse technique. Un peu surprenant pour nous, mais c’est une autre vision du spectacle.

Deux très belles soirées, Kaleidoscope (Divertimento No. 15, Appassionata et Hurry Up, We’re Dreaming), soirée très américaine puis le lendemain, In space and Time (The 5th Season, Snowblid, Etudes).

Quelle sera la prochaine vadrouille des Balletomanes ? A vos idées !

La murder party

Le week-end des 26-27 janvier, certains Balletomanes étaient réunis dans le manoir des Tiskaya, découvrant Yulia Dourov, danseuse étoile, assassinée. Un week-end haut en couleur, où l’enquête a été menée d’une main de maitre. Bonne ambiance, des débats passionnés sur la danse, et beaucoup de rires.

Beaucoup d’entre vous nous ont demandé ce qu’est une murder party, et certains ont regretté de ne pas avoir été inscrits. Pas de panique nous en referons une, si le nombre de participants est suffisant. Une murder party c’est une sorte de cluedo géant, chaque participant se voit attribuer un personnage qu’il reçoit quelques jours avant le jeu. Durant la partie, il faut résoudre l’enquête, mais aussi suivre des objectifs secondaires. Bien sûr, qui dit murder party de Balletomanes, dit beaucoup de liens avec la danse !

Merci à tous nos joueur.euse.s passionné.e.s nous avons passé un merveilleux week-end !

En vrac

  • Les adhésions se font par Hello Asso. Pour nous rejoindre, rien de plus simple : il vous suffit de cliquer ici !  Un petit questionnaire pour mieux vous connaître et votre adhésion sera validée dès le paiement effectué sur notre plateforme Helloasso ! Votre adhésion est déjà terminée ? Pour la renouveler, ça se passe ici !
  • Les prochains événements arriveront bientôt, surveillez vos boites mails. Réservez le 27 mars ! N’hésitez pas à nous dire ce qui vous intéresserait, nous ne sommes jamais trop à court d’idées, mais vous en avez d’autre, envoyez-nous un petit mail.
  • Vous êtes doué.e en création de site web et vous voulez nous aider à refaire notre site ? Contactez-nous.
  • Le podcast : Envie de prolonger le plaisir du Lac des cygnes ? Ce sont encore les danseurs qui en parlent le mieux. A écouter ici.
  • La boutique des BA : Un nouveau tote-bag, un nouveau calendrier  et des cartes postales à offrir ou vous offrir : il en reste encore quelques-uns ! => HOP
  • Le goodie saison 2 : les petits cadeaux de l’adhésion an 2 sont arrivés, nous pourrons bientôt vous les distribuer !

ConcoursExpressDesBA#14 La Belle au bois dormant au cinéma avec Pathé Live

Sans doute l’un des ballets les plus mythiques, chorégraphié par Youri Grigorovitch, sur la musique de Tchaïkovski, La Belle au bois dormant déploie toute sa magie. Avec virtuosité, les Étoiles s’élancent dans des décors somptueux dignes des plus grands contes de Fées.

La Princesse Aurore est dansée par l’une des plus jeunes Étoiles du ballet, Olga Smirnova, dont la grâce se prête à merveille à ce bijou classique, idéal pour s’initier à l’art du ballet. Les Étoiles Semyon Chudin (le Prince Désiré) et Yulia Stepanova (la Fée des Lilas) complètent la distribution.

L’histoire ? La Princesse Aurore est l’objet d’une malédiction de la terrible Fée Carabosse : le jour de son seizième anniversaire, elle sera plongée dans un profond sommeil. Une seule chose pourra la ramener à la vie : le baiser passionné d’un Prince charmant…

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 10 mars prochain au Gaumont Opéra Capucines à 16h en répondant à la question suivante :

Comment se nomment les prétendants de la Princesse Aurore ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 5 mars et le gagnant sera annoncé sur cette page !

Edit du 5 Mars : Les prétendants de la Princesse Aurore sont les Princes Désiré, Chéri, Charmant, Fortuné et Fleur de pois. C’est Victoire qui a gagné deux places ! Merci à tous de votre participation. Victoire, nous t’envoyons un mail très vite pour les modalités de retrait des places.

Le ballet sera diffusé en HD et son 5.1 dans plus de 160 cinémas Pathé, Gaumont, Kinepolis, Cinéville, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 2 Mars 2019 15h jusqu’au 4 Mars 2019 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 5 Mars par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses reçues à l’adresse concoursdesba(at)gmail.com et annoncé sur cette page, sur les réseaux sociaux et par mail dès 15h.

Le Balletomane qui revenait de son introspection en Ecosse

« YOOO !!! » (d’Emmanuel Gat, le 13 mars à Chaillot)

Le cri tonitruant du Balletomane Anonyme, qui défonça littéralement les portes (Blow the bloody doors off ! de Catherine Diverrès, le 13 mars à Chaillot) western de mon salon, alla jusqu’à faire sursauter Les deux pigeons (Spectacle de l’Ecole de danse, le 29 mars à Garnier) qui bronzaient tranquillement sur le rebord de la fenêtre.

Il continua dans son élan en sautant sur le lit, au passage bien trop grand pour un appartement parisien (Queen size de Mandeep Raikhy, le 28 mars à l’Espace Pierre Cardin).

– Fini la dépression ! J’ai examiné mes problèmes sous 27 perspectives (Twenty seven perspectives de Maud le Pladec, le 28 mars à Chaillot). Ce que tu vois (de Gaëlle Bourges, le 20 mars au Théâtre des Abbesses), c’est le nouveau Balletomane anonyme. Fini la dépression, je reviens de mon introspection en Ecosse (La Sylphide de Bournonville, le 1er mars à Berlin). Je l’ai traversée D’est en ouest (de Josette Baïz, le 14 mars à la MAC de Créteil). Pour être honnête, c’est un voyage que je ne te recommande pas trop. Tu veux que je te raconte ?

– Peut-être (May B de Maguy Marin, le 27 mars à l’Espace Pierre Cardin) une autre fois ?

– Puisque tu insistes, je te raconte. Tout a commencé dans un bar à Edimbourg…

– Tu as commencé ton introspection dans un bar ?

– Bien sûr ! Je cherchais un guide. Personne ne se promène dans la forêt en Ecosse sans un bon guide ! J’ai rencontré un chasseur qui connaissait très bien le coin, je crois qu’il s’appelait Orion (Sylvia de Neumeier, le 1er mars à Helsinki). Il devait aussi partir en voyage pour retrouver une amie, m’a-t-il dit. Nous sommes donc partis à deux, mais au bout de deux jours, j’ai entendu comme la voix d’un fantôme dans la grotte où nous dormions. J’ai pris peur, et je suis parti en courant. Je courais tellement vite que je ne regardais pas où je mettais les pieds, et j’ai trébuché. Tu vas trouver ça bizarre, mais je t’assure que c’était sur une vieille chaussure (Cendrillon de Gregory Dean, le 9 mars à Copenhague).

-Dans la forêt ?!

-Mais oui ! Ensuite je me suis retrouvé nez à nez avec des oiseaux un peu louches qui se déplaçaient uniquement en ligne ou en triangle (Le Lac des cygnes de Van Dantzig à Amsterdam le 16 mars, et de Radhouane El Mebbeb le 27 mars à Chaillot). Ils avaient l’air de vouloir dire quelque chose, mais j’ai toujours été nul en pantomime. Je suis reparti de l’autre côté, et j’ai enfin trouvé un château où me réfugier. Tu ne vas pas me croire, mais à l’intérieur, tout le monde était couvert de poussière et dormait (La Belle au bois dormant de Helgi Tomasson, le 9 mars à San Francisco).  J’ai cru que j’étais devenu fou (Nijinski de Marco Goecke, le 9 mars à Zürich). Je me suis évanoui, et voilà.

-Comment ça « et voilà » ?  Comment es-tu revenu ?

-Ah ça… je ne sais pas. Quand j’ai ouvert les yeux, j’étais de retour dans mon bar, et je suis revenu.

-C’est tout ? C’est pas un peu court comme introspection ?

-Mais pas du tout ! J’en ai profité pour me perfectionner en cornemuse ! Tiens, je vais te faire un petit blindtest. Ecoute un peu.

-…

-Alors ? Tu ne reconnais pas ? Hum, effectivement, c’est un peu difficile de rendre l’électro tendance à la cornemuse (Blake Work I de Forsythe, avec une création, le 7 mars à Boston). Je vais essayer autre chose.

-…

-Non plus ? Bon d’accord, Philipp Glass c’était peut-être un peu ambitieux (Nuit Philipp Glass avec des pièces de Mancini, Millepied, Bertaud et Robbins le 29 mars à Rome). Et là ?

-…

-Mais enfin, c’est Björk ! (Björk Ballet d’Arthur Pita, avec Four Dance Episodes de Justin Peck et une création de Liam Scarlett, le 29 mars à San Francisco). Je commence à douter de ta culture musicale. Allez, un petit dernier !

-Ne me dis pas que c’est du Bach ? (Les six concertos Brandebourgois d’Anna Teresa de Keersmaeker le 8 mars à Garnier)

-Mais si ! Je savais que j’avais un talent sur la cornemuse ! Et si j’ouvrais un cornemuse-bar ?

(crédit photo : Isabelle Aubert)