Le danseur du mois : Loïck Pireaux !

Chaque mois (ou presque), le bureau a une chance folle de rencontrer nos danseurs préférés !

Ce mois-ci, c’est Loïck Pireaux qui s’est prêté au jeu de nos interviews pour nous raconter ses débuts dans la danse, l’Opéra de Paris, et maintenant l’Opéra de Rome !

 

 

Si tu étais un chorégraphe ? 

Forsythe !

Si tu étais une blessure ? 

Une cheville cassée

Si tu étais un costume ? 

Un smoking d’Yves Saint Laurent

Si tu étais un rituel ? 

Dire à mes proches que je les aime

Si tu étais un spectacle ? 

Un ballet

Si tu étais une folie ? 

Partir en voyage sur un coup de tête

Si tu étais une qualité artistique ? 

La présence

Si tu étais une musique de ballet ? 

Celle de Manon

Si tu étais une odeur ? 

Mon parfum, Dior Homme intense

Si tu étais un théâtre ? 

Garnier !

Si tu étais une superstition ?

Je n’en n’ai pas

Si tu étais un bijou de scène ? 

Un diadème

Si tu étais une correction ? 

« Tends tes pieds ! »

Si tu étais un prix ? 

Le prix d’interprétation

Si tu étais une drogue ? 

L’ecstasy

Si tu étais une partie du corps ? 

Les yeux

Le danseur du mois : Francesco Mura !

C’est la rentrée, et le bureau a rencontré Francesco Mura, danseur à l’Opéra de Paris, qui a brillamment dansé à Varna cet été !


Si tu étais un pas de danse ?  

Une pirouette !

Si tu étais un chorégraphe ? 

Jerome Robbins.

Si tu étais une blessure ? 

Une fracture de fatigue (rires)

Si tu étais un costume ? 

Don Quichotte

Si tu étais un rituel ? 

Pas de rituel pour moi !

Si tu étais un spectacle ? 

Un concert de Lez Zeppelin

Si tu étais une folie ? 

Un voyage sur une île déserte, seul !

Si tu étais une qualité artistique ? 

L’expression

Si tu étais une musique de ballet ? 

La variation du danseur en brun dans Other Dances

Si tu étais une odeur ? 

Une odeur d’homme

Si tu étais un théâtre ? 

L’Opéra

Si tu étais une superstition ?

Je ne suis pas superstitieux !

Si tu étais une procrastination ? 

La boîte aux lettres !

Si tu étais un bijou de scène ? 

Un collier

Si tu étais une correction ? 

« Allonge-toi ! »

Si tu étais un prix ? 

Le prix du travail

Si tu étais une drogue ? 

La cocaïne

Si tu étais une partie du corps ? 

Le dos

La danseuse du mois d’août : Lydie Vareilhes !

Chaque mois, l’association des Balletomanes Anonymes a le privilège de bavarder avec un artiste.  Ce mois-ci, nous avons rencontré Lydie Vareilhes, danseuse à l’Opéra de Paris et photographe passionnée, qui nous a livré son regard sur son travail et le monde de la danse. Et bien sûr, retrouvez notre désormais célèbre portrait chinois !

 


Si tu étais un pas de danse ?  

Je ne serais certainement pas un grand jeté ! Peut-être un saut de chat. 

Si tu étais un chorégraphe ? 

Wim Vandekeybus. 

Si tu étais une blessure ? 

Le syndrome du carrefour postérieur (NDRL : ce sont des tissus qui se coincent entre deux os (talon/tibia) ). 

Si tu étais un costume ? 

Je ne serais certainement pas un académique ! Mais je serais une mousseline à la Robbins. 

Si tu étais un rituel ? 

Remettre mon costume de partout, presque comme un tic rassurant. 

Si tu étais un spectacle ? 

Bettrofenheit de Crystal Pite. 

Si tu étais une folie ? 

Je suis une folie ! 

Si tu étais une qualité artistique ? 

La folie ! 

Si tu étais une musique de ballet ? 

Cendrillon de Prokofiev

Si tu étais une odeur ? 

L’osmanthus

Si tu étais un théâtre ? 

Le théâtre du Jacob’s Pillow. 

Si tu étais une superstition ?

Me transformer en quelqu’un d’autre.

Si tu étais une procrastination ? 

Les impôts. 

Si tu étais un bijou de scène ? 

Les joyaux sur la robe d’Emeraudes. 

Si tu étais une correction ? 

Pieds en dehors ! (Spéciale dédicace à Viviane Descoutures !)

Si tu étais un prix ? 

J’aimerais être un prix photographique un jour ! 

Si tu étais une drogue ? 

Le jeu. 

Si tu étais une partie du corps ? 

Une oreille. 

La danseuse du mois : Mathilde Froustey !

Nous avons eu la chance de rencontrer Mathilde Froustey entre deux avions. La danseuse « principal » du San Francisco Ballet, ancienne sujet de l’Opéra de Paris, nous a offert un entretien plein de bonne humeur et de personnalité !

Découvrez notre nouvel épisode de Dans les chaussons de… à travers un match France/Etats-Unis !

 

Si tu étais un pas de danse ?  

Une valse ! 

Si tu étais un chorégraphe ? 

Pina.

Si tu étais une blessure ? 

Une fracture de fatigue. 

Si tu étais un costume ? 

Un académique.

Si tu étais un rituel ? 

Un bac de colophane

Si tu étais un spectacle ? 

Un truc complètement nouveau, qu’on a jamais vu ! 

Si tu étais une folie ? 

Je serai la directrice de l’Opéra de Paris ! 

Si tu étais une qualité artistique ? 

La musicalité. 

Si tu étais une musique de ballet ? 

Les dernières notes que 4ème acte du Lac des cygnes.

Si tu étais une odeur ? 

Le couloir du 4ème étage de l’Opéra Garnier.

Si tu étais un théâtre ? 

L’Opéra Garnier.

Si tu étais une superstition ?

Je n’existerai pas.

Si tu étais une procrastination ? 

Je serais sur Facebook. 

Si tu étais un bijou de scène ? 

Le diadème de Kitri au deuxième acte, dans la version de Noureev. 

Si tu étais une correction ? 

Tends tes pieds ! 

Si tu étais un prix ? 

Je ne m’y connais pas très bien, un prix littéraire.

Si tu étais une drogue ? 

L’adrénaline, définitivement. 

Si tu étais une partie du corps ? 

Le pied. 

Le danseur du mois : Chun Wing Lam !

Nous avons eu la chance de rencontrer Chun au sein du Palais Garnier, et il a accepté de répondre à notre interview… grâce à ses dons de musicien !

Découvrez sa personnalité enjouée à travers ses goûts musicaux !

 

Si tu étais un pas de danse ?  

Un brisé

Si tu étais un chorégraphe ? 

John Neumeier

Si tu étais une blessure ? 

Une tendinite

Si tu étais un costume ? 

Le costume de Zaël, dans La Source

Si tu étais un rituel ? 

La méditation

Si tu étais un spectacle ? 

Un récital de piano

Si tu étais une folie ? 

Dépenser dans le luxe

Si tu étais une qualité artistique ? 

L’émotion

Si tu étais une musique de ballet ? 

Les musiques de La Dame aux Camélias de Chopin

Si tu étais une odeur ? 

Une odeur fraîche, sophistiquée, et un peu sucrée

Si tu étais un théâtre ? 

L’Opéra de Sidney

Si tu étais une superstition ?

Le feng shui 

Si tu étais une procrastination ? 

Refuser une proposition

Si tu étais un bijou de scène ? 

Un chapeau en cristal

Si tu étais une correction ? 

« Tends tes pieds ! »

Si tu étais un prix ? 

Le Grand Prix de Varna

Si tu étais une drogue ? 

Le sucre ! 

Si tu étais une partie du corps ? 

Le cou

La danseuse du mois : Eugénie Drion !

Autour d’un thé place de la Sorbonne, nous retrouvons Eugénie Drion, pétillante danseuse  de l’Opéra de Paris.

Interview « Trucs et astuces » pour découvrir cette danseuse lumineuse, sans oublier notre portrait chinois.

Si tu étais un pas de danse ?  

Un entrechat 6. 

Si tu étais un chorégraphe ? 

William Forsythe (c’est un peu prétentieux, non ?)

Si tu étais une blessure ? 

Une fracture de fatigue au métatarse avec arrachement osseux. 

Si tu étais un costume ? 

Le Costume de Raymonda à l’acte 3

Si tu étais un rituel ? 

Le rituel du maquillage avant d’entrer en scène. 

Si tu étais un spectacle ? 

Un concert de Beyoncé. 

Si tu étais une folie ? 

Une ivresse au gin. 

Si tu étais une qualité artistique ? 

L’émotion. 

Si tu étais une musique de ballet ? 

Roméo et Juliette de Prokoviev

Si tu étais une odeur ? 

Celle du citron. 

Si tu étais un théâtre ? 

Garnier ! 

Si tu étais une superstition ?

Ne jamais dire quelque chose avant que ça se passe. 

Si tu étais une procrastination ? 

Regarder une série. 

Si tu étais un bijou de scène ? 

Le diadème de Raymonda à l’acte 3. 

Si tu étais une correction ? 

L’importance du regard. 

Si tu étais un prix ? 

Un prix littéraire. 

Si tu étais une drogue ? 

Le gin. 

Si tu étais une partie du corps ? 

Les mains. 

Le bureau a été curieux et a demandé à Eugénie une bonne recette de cocktail : gin, concombre, citron, basilic, tonic fever tree et bien sûr des glaçons !

Le danseur du mois de mars : Vincent Chaillet

À la sortie d’une répétition d’Orphée et Eurydice, opéra dansé de Pina Bausch dans lequel on peut l’admirer ce mois-ci, nous retrouvons Vincent Chaillet, charismatique premier danseur de l’Opéra de Paris.

Interview express « Speed dating » pour mieux cerner ce grand danseur en quelques mots. Sans oublier notre portrait chinois à lire sous la vidéo !

Si tu étais un pas de danse ?  Des tours piqués double.

Si tu étais un chorégraphe ? Bob Fosse

Si tu étais une blessure ? Un torticolis

Si tu étais un costume ? Un slip chair, très tendance cette saison !

Si tu étais un rituel ? La sieste.

Si tu étais un spectacle ? Rent à Broadway

Si tu étais une folie ? Tout quitter et vivre en autarcie biologique.

Si tu étais une qualité artistique ? La curiosité

Si tu étais une musique de ballet ? Cendrillon de Prokofiev.

Si tu étais une odeur ? L’odeur du pain chaud le matin.

Si tu étais un théâtre ? Le théâtre d’Edpidaure.

Si tu étais une superstition ?Ne jamais répondre à des voeux de réussite avant le lever du rideau.

Si tu étais une procrastination ? Tailler le rosier de ma terrasse.

Si tu étais un bijou de scène ? Un diadème évidemment !

Si tu étais une correction ? Plie !

Si tu étais un prix ? Le Goncourt des lycéens.

Si tu étais une drogue ? le chocolat noir.

Si tu étais une partie du corps ? Le dos.

 

Les danseurs du mois de janvier

Chaque mois, l’association des BA a le privilège de bavarder avec un artiste…

Ce mois-ci, c’est la nouvelle année ! Alors on vous propose plusieurs danseurs ! Ne nous remerciez pas, c’est cadeau !

Bonne année 2018 les Balletomanes Anonymes !

 

Et vous chers Balletomanes, quelles sont vos bonnes résolutions ? N’hésitez pas à nous les envoyer via les réseaux sociaux avec le #BalletomanesAnonymes

Les danseurs du mois de Décembre !

Aujourd’hui, c’est Noël ! Alors l’équipe du bureau des Balletomanes Anonymes vous propose non pas de rencontrer un danseur mais une sacrée brochette ! Ne nous remerciez pas, c’est cadeau !

Merci à tous les danseurs d’avoir répondu à nos questions ! Joyeuses fêtes à tous !

N’hésitez pas à partagez la vidéo sur vos réseaux !

La danseuse du mois : Héloïse Jocqueviel

Ce mois-ci, on vous propose de découvrir une danseuse lumineuse à la beauté magnétique. Une rencontre passionnante à l’image de cette jeune artiste. Interview « premières fois » pour mieux connaitre d’où elle vient et comment elle a commencé la danse, sans oublier notre désormais culte portrait chinois !

Si tu étais un pas de danse ?  Des pirouettes.

Si tu étais un chorégraphe ? Pina Bausch ! Actuellement je ne vois que ça !

Si tu étais une blessure ? Un torticolis.

Si tu étais un costume ? Un académique ou un justaucorps. Je déteste le tutu plateau ! Ça ne me va pas et quand je regarde de loin, je ne comprends pas toujours.

Si tu étais un rituel ? Me parler.

Si tu étais un spectacle ? Ah Le Sacre

Si tu étais une folie ? La schizophrénie. 

Si tu étais une qualité artistique ? La tragédie.

Si tu étais une musique de ballet ? Là j’ai encore envie de dire Le Sacre !

Si tu étais une odeur ? La laque.

Si tu étais un danseur du sexe opposé ? J’en profiterai pour faire des sauts à deux mètres de haut et plein de pirouettes : je serai un danseur bondissant !

Si tu étais un théâtre ? Je n’en ai pas vu tant que ça, donc le Palais Garnier.

Si tu étais une superstition ? Le côté rituel : faire exactement la même chose que la veille si la veille ça s’est bien passé. Je vais essayer de répéter le rituel.

Si tu étais un bijou de scène ? Des boucles d’oreille.

Si tu étais une correction ? Baisse tes épaules !

Si tu étais une muse ?  J’aurais bien aimé connaitre Pina Bausch.

Si tu étais une partie du corps ? Les yeux.

Si tu étais une drogue ? La danse !

 

L’actualité d’Héloïse : retrouvez-la dans Le Sacre du Printemps de Pina Bausch jusqu’au 16 novembre puis dans Don Quichotte de Rudolph Noureev à partir du 9 décembre 2017.