La danseuse du mois d’août : Lydie Vareilhes !

Chaque mois, l’association des Balletomanes Anonymes a le privilège de bavarder avec un artiste.  Ce mois-ci, nous avons rencontré Lydie Vareilhes, danseuse à l’Opéra de Paris et photographe passionnée, qui nous a livré son regard sur son travail et le monde de la danse. Et bien sûr, retrouvez notre désormais célèbre portrait chinois !

 


Si tu étais un pas de danse ?  

Je ne serais certainement pas un grand jeté ! Peut-être un saut de chat. 

Si tu étais un chorégraphe ? 

Wim Vandekeybus. 

Si tu étais une blessure ? 

Le syndrome du carrefour postérieur (NDRL : ce sont des tissus qui se coincent entre deux os (talon/tibia) ). 

Si tu étais un costume ? 

Je ne serais certainement pas un académique ! Mais je serais une mousseline à la Robbins. 

Si tu étais un rituel ? 

Remettre mon costume de partout, presque comme un tic rassurant. 

Si tu étais un spectacle ? 

Bettrofenheit de Crystal Pite. 

Si tu étais une folie ? 

Je suis une folie ! 

Si tu étais une qualité artistique ? 

La folie ! 

Si tu étais une musique de ballet ? 

Cendrillon de Prokofiev

Si tu étais une odeur ? 

L’osmanthus

Si tu étais un théâtre ? 

Le théâtre du Jacob’s Pillow. 

Si tu étais une superstition ?

Me transformer en quelqu’un d’autre.

Si tu étais une procrastination ? 

Les impôts. 

Si tu étais un bijou de scène ? 

Les joyaux sur la robe d’Emeraudes. 

Si tu étais une correction ? 

Pieds en dehors ! (Spéciale dédicace à Viviane Descoutures !)

Si tu étais un prix ? 

J’aimerais être un prix photographique un jour ! 

Si tu étais une drogue ? 

Le jeu. 

Si tu étais une partie du corps ? 

Une oreille.