Où trouver les Balletomanes Anonymes en janvier ?

Cher ami Balletomane Anonyme,

L’heure est grave : Noël est déjà terminé, et bientôt Don Quichotte pliera bagages pour retourner en Espagne, te laissant orphelin. Quelque part, ce n’est pas plus mal car tu as entamé ton livret A pour voir toutes les distributions.

Nous te retenons tout de suite : ne range pas ta carte bancaire, deux-trois petites choses méritent ton attention !

Par exemple, si tu veux rester dans l’ambiance « Hiver en Scandinavie », le théâtre de Chaillot te propose à partir du 16 janvier dix jours de Festival nordique , qui devraient apporter de la lumière dans ton petit cœur ! Tu peux en profiter pour voir, si ce n’est pas déjà fait, Nouvelles pièces courtes de Philippe Decouflé jusqu’au 21, et Acta est fabula de Yuval Pick à partir du 9.

 

Du côté du Théâtre de la Ville, Anna-Theresa de Keersmaeker et Salva Sanchis proposeront A love suprem à partir du 9 janvier à l’Espace Pierre Cardin, qui sera suivi par Dystopian dram (de Wang Ramirez) dès le 25. Au Centre Pompidou, tu pourras ajouter Flood de Daniel Linehan à partir du 17.

 

Et si l’Opéra de Paris te manque beaucoup trop, c’est vrai quoi, c’est pas possible ces vacances en janvier, nous te proposons d’investir dans un ticket de RER pour te rendre à Massy, Incidence chorégraphique pourrait y traîner le 27.

En parlant de RER, si tu as loupé La Belle et la bête du Malandain Ballet Biarritz, fonce à Saint-Germain-en-Laye le 16 janvier !

 

Par ailleurs, tu sais que chez les Balletomanes Anonymes, on aime sortir de la région parisienne pour avoir de belles surprises. Du côté de Strasbourg, on n’est pas déçu car ça bouge encore pas mal, avec Chaplin de Mario Schröder à partir du 11 janvier au Ballet du Rhin. À l’autre bout de la France, le Ballet du Capitole se met à l’heure italienne avec Les liaisons dangereuses (Bombana) et Cantate (Bigonzetti) à partir du 24.

 

À partir du 16 janvier, l’ENB propose un programme qui en fera frémir plus d’un : Le jeune homme et la mort (qu’on aimerait tant revoir à Paris <3) de Roland Petit, et La Sylphide d’Eva Kloborg et Frank Anderson ! Autant en profiter pour passer par le Royal Ballet juste avant, les 11 et 12, pour la soirée Draft Works 2018, qui sera sûrement riche en belles découvertes chorégraphiques, et juste après, le 19, pour GISELLE !

 

Dans un monde idéal, nous nous expédierions ensuite à Rome, pour Une soirée française, avec Suite en blanc (Lifar) et Pink Floyd Ballet (Petit) dès le 28 janvier.

 

Notez également que le Ballet de Vienne prévoit Peer Gynt d’Edward Clug à partir du 21 janvier. Session de rattrapage du côté de Berlin et Dresde : d’il y a quelques mois pour la première, puisque qu’on y verra Joyaux de Balanchine, d’il y a quelques années pour la seconde, avec Impressing the Czar, qui nous avait justement fait tant vibrer.

Ah et sinon le New York City Ballet te propose un programme All Balanchine, au cas où tu serais un peu en manque.

Nous pensons bien naturellement au Bolchoï et au Mariinsky, qui donnent tout chaque mois pour te proposer un programme de folie, à base de Corsaire, de Lac des cygnes, de Giselle, de Roméo et Juliette… (soupir).

 

Mais finalement, peut-être que ton petit cœur de balletomane anonyme ne battra que pour une nouvelle aventure des Moomin à Helsinki (Kenneth Greve) <3