Où trouver les Balletomanes en mai ?

Cher ami Balletomane Anonyme,

 

Nous le savons, tu te demandes avec impatience quel sera le combo gagnant du mois de mai, c’est-à-dire le ballet que tu pourras voir dans plusieurs versions le même mois, moyennant quelques heures d’avion ou quelques jours de marche à pied (nous n’osons te proposer le train).

Et bien rompons le suspense : en mai, ce sera Le Lac des cygnes ! Petit combo, car nous n’avons que trois destinations à te proposer :

  • La version John Cranko à Stuttgart à partir du 6
  • La création Liam Scarlett par le Royal Ballet le 17
  • Le point de vue de Lev Ivanov à Oslo le 26

 

Mais où est Noureev dans tout ça ? Pour refaire un point psychanalyse, il faudra attendre l’année prochaine. Mais si tu es prêt à t’envoler vers Milan, il semble que la Scala mette les petits plats dans les grands pour célébrer son double anniversaire, avec un gala plein de beau monde : la Tsarine, Roberto Bolle, Marianela Nunez, Vadim Muntagirov, et même Germain Louvet. Ce sera à partir du 25 !

 

En parlant de soirée spéciale, tu pourras voir « Polina and friends »  le 17 à Berlin, l’occasion de croiser Maria Kochetkova, tant qu’on ne sait pas quelle idée originale elle nous proposera l’année prochaine.

 

On trouvera bien quelques biscuits classiques et néoclassiques également : La Belle au bois dormant de Marcia Haydee  à Stockholm dès le 11, ou encore Manon de MacMillan, qui posera ses bagages à Rome le 25, mais en réalité, le gros du chouette du mois semble être plutôt contemporain, et plutôt sur le modèle soirée mixte.

 

Dès le 2, l’Espace Pierre Cardin sera envahi par le Ballet de Lyon et Russell Maliphant (Critical Mass), Benjamin Millepied (Sarabande) et William Forsythe (Steptext). Et ce n’est que le début, car le Ballet du Rhin ose la soirée mixte AVEC UNE COHERENCE (toute référence à une soirée mixte dans une grande capitale européenne décrite comme « Appartement, c’est des gens qui dansent ensemble, et Dances at the gathering… c’est aussi des gens qui dansent ensemble  » serait de pure mauvaise foi) autour du thème « Danser Bach au XXIe siècle ». Cela donne Partita (Thusnelda Mercy),  Tribulations (Martin Chaix), Bless – Ainsi soit-il (Bruno Bouche), le tout à partir du 17.

 

Et puis, il y a le retour tant attendu du Seasons’ Canon de Crystal Pite à Garnier, à défaut de pouvoir le voir tous les jours en dvd ! Il sera bien entouré par Frôlons (Thierré) dans les espaces publics de Garnier, The art of not looking back (Schechter) et The male dancer (Perez) à partir du 18.

 

Tu pourras continuer ta cure le 24 à Berlin avec une soirée composée de Was bleibt (Gentian Doda), Pierrot lunaire (Marco Goecke) et Por vos mueros (Nacho Duato), enchaîner le 30 à Chaillot par How to pass, kick, fall and run/Inlets 2/Beach birds si tu es un inconditionnel de Cunningham (nous sommes sûrs que ça doit se trouver), et la conclure au même endroit par un programme Nikolais/Boivin/Decouflé par l’Ecole supérieure du CNDC d’Angers.

 

Enfin, quelques pistes si tu en as assez de changer de sujet plusieurs fois par soirée :

  • False colored eye par Liquid loft le 3 à Chaillot
  • Les nuits de Preljocaj le 4 à Helsinki
  • Alexander de Paula Pi le 22 au CND Pantin
  • Totemic studies de Matthieu Barbin le même jour au CND Pantin
  • Solo 70 de Paul-André Fortier le 23 à Chaillot
  • Formosa par le Cloud gare dance Theatre de Taiwan à La Villette le 30

Et puis 3e étage sera à Genève avec Dérèglements  le 6, mais as-tu besoin de nous pour le savoir ? ☺