La danseuse du mois : Roxane Stojanov !

Chaque mois (ou presque), le bureau a une chance folle de rencontrer nos danseurs préférés !

Ce mois-ci, c’est la radieuse Roxane Stojanov qui nous raconte les moments marquants de son début de carrière l’Opéra de Paris !

Si tu étais un pas de danse ? 

Le grand jeté

Si tu étais un chorégraphe ?

William Forsythe

Si tu étais une blessure ? 

Une entorse à la cheville

Si tu étais un costume ? 

Les costumes de Manon dans l’Histoire de Manon

Si tu étais un rituel ? 

Le Cluedo du dimanche soir !

Si tu étais un spectacle ? 

Roméo et Juliette

Si tu étais une folie ? 

J’ai fait le GR20 en Corse !

Si tu étais une qualité artistique ? 

La musicalité

Si tu étais une musique de ballet ? 

Le Boléro de Ravel

Si tu étais une odeur ? 

Le sorbet citron

Si tu étais un danseur de sexe opposé ?

Mickaïl Baryshnikov

Si tu étais un théâtre ? 

Garnier !

Si tu étais une superstition ?

Je ne suis absolument pas superstitieuse !

Si tu étais une procrastination ?

Coudre mes pointes

Si tu étais un bijou de scène ? 

Les colliers de La Dame aux camélias

Si tu étais une correction ? 

Elles sont toutes bonnes à prendre !

Si tu étais un prix ? 

Le prix Carpeaux

Si tu étais une muse

Terpsichore

Si tu étais une drogue ? 

Le chocolat

Si tu étais une partie du corps ? 

Le cou

Oh bal masqué ohé ohé

Cette année, nous vous proposons des playlists pour accompagner vos journées balletomaniaques !

En ce mois de mars, les costumes sont de rigueur, nous vous avons fait une petite sélection de masques et visages grimés !

crédit photo : Little Shao pour l’ONP

Le bulletin des BA #12

Les Balletomanes en vadrouille #3

On avait dit que la danse règnerait sur le monde, alors les Balletomanes ont décidé de se balader dans le monde entier !

Direction San Francisco pour 10 d’entre eux, pour voir danser Mathilde Froustey, principal dancer du San Francisco Ballet ! Ce fut une grande joie de voir « la petite french » danser avec tant de grâce Etudes d’Harald Lander, Divertimento de Balanchine et de la voir en cours et en répétition studio de La Belle au Bois dormant.

Le théâtre du War Memorial Opera House est immense, il peut accueillir plus de 3000 spectateurs. Le public est d’ailleurs au rendez-vous et très enthousiaste, il applaudit la troupe à chaque prouesse technique. Un peu surprenant pour nous, mais c’est une autre vision du spectacle.

Deux très belles soirées, Kaleidoscope (Divertimento No. 15, Appassionata et Hurry Up, We’re Dreaming), soirée très américaine puis le lendemain, In space and Time (The 5th Season, Snowblid, Etudes).

Quelle sera la prochaine vadrouille des Balletomanes ? A vos idées !

La murder party

Le week-end des 26-27 janvier, certains Balletomanes étaient réunis dans le manoir des Tiskaya, découvrant Yulia Dourov, danseuse étoile, assassinée. Un week-end haut en couleur, où l’enquête a été menée d’une main de maitre. Bonne ambiance, des débats passionnés sur la danse, et beaucoup de rires.

Beaucoup d’entre vous nous ont demandé ce qu’est une murder party, et certains ont regretté de ne pas avoir été inscrits. Pas de panique nous en referons une, si le nombre de participants est suffisant. Une murder party c’est une sorte de cluedo géant, chaque participant se voit attribuer un personnage qu’il reçoit quelques jours avant le jeu. Durant la partie, il faut résoudre l’enquête, mais aussi suivre des objectifs secondaires. Bien sûr, qui dit murder party de Balletomanes, dit beaucoup de liens avec la danse !

Merci à tous nos joueur.euse.s passionné.e.s nous avons passé un merveilleux week-end !

En vrac

  • Les adhésions se font par Hello Asso. Pour nous rejoindre, rien de plus simple : il vous suffit de cliquer ici !  Un petit questionnaire pour mieux vous connaître et votre adhésion sera validée dès le paiement effectué sur notre plateforme Helloasso ! Votre adhésion est déjà terminée ? Pour la renouveler, ça se passe ici !
  • Les prochains événements arriveront bientôt, surveillez vos boites mails. Réservez le 27 mars ! N’hésitez pas à nous dire ce qui vous intéresserait, nous ne sommes jamais trop à court d’idées, mais vous en avez d’autre, envoyez-nous un petit mail.
  • Vous êtes doué.e en création de site web et vous voulez nous aider à refaire notre site ? Contactez-nous.
  • Le podcast : Envie de prolonger le plaisir du Lac des cygnes ? Ce sont encore les danseurs qui en parlent le mieux. A écouter ici.
  • La boutique des BA : Un nouveau tote-bag, un nouveau calendrier  et des cartes postales à offrir ou vous offrir : il en reste encore quelques-uns ! => HOP
  • Le goodie saison 2 : les petits cadeaux de l’adhésion an 2 sont arrivés, nous pourrons bientôt vous les distribuer !

ConcoursExpressDesBA#14 La Belle au bois dormant au cinéma avec Pathé Live

Sans doute l’un des ballets les plus mythiques, chorégraphié par Youri Grigorovitch, sur la musique de Tchaïkovski, La Belle au bois dormant déploie toute sa magie. Avec virtuosité, les Étoiles s’élancent dans des décors somptueux dignes des plus grands contes de Fées.

La Princesse Aurore est dansée par l’une des plus jeunes Étoiles du ballet, Olga Smirnova, dont la grâce se prête à merveille à ce bijou classique, idéal pour s’initier à l’art du ballet. Les Étoiles Semyon Chudin (le Prince Désiré) et Yulia Stepanova (la Fée des Lilas) complètent la distribution.

L’histoire ? La Princesse Aurore est l’objet d’une malédiction de la terrible Fée Carabosse : le jour de son seizième anniversaire, elle sera plongée dans un profond sommeil. Une seule chose pourra la ramener à la vie : le baiser passionné d’un Prince charmant…

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 10 mars prochain au Gaumont Opéra Capucines à 16h en répondant à la question suivante :

Comment se nomment les prétendants de la Princesse Aurore ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Edit du 5 Mars : Les prétendants de la Princesse Aurore sont les Princes Désiré, Chéri, Charmant, Fortuné et Fleur de pois. C’est Victoire qui a gagné deux places ! Merci à tous de votre participation. Victoire, nous t’envoyons un mail très vite pour les modalités de retrait des places.

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 5 mars et le gagnant sera annoncé sur cette page !

Le ballet sera diffusé en HD et son 5.1 dans plus de 160 cinémas Pathé, Gaumont, Kinepolis, Cinéville, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 2 Mars 2019 15h jusqu’au 4 Mars 2019 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 5 Mars par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses reçues à l’adresse concoursdesba(at)gmail.com et annoncé sur cette page, sur les réseaux sociaux et par mail dès 15h.

Le Balletomane qui revenait de son introspection en Ecosse

« YOOO !!! » (d’Emmanuel Gat, le 13 mars à Chaillot)

Le cri tonitruant du Balletomane Anonyme, qui défonça littéralement les portes (Blow the bloody doors off ! de Catherine Diverrès, le 13 mars à Chaillot) western de mon salon, alla jusqu’à faire sursauter Les deux pigeons (Spectacle de l’Ecole de danse, le 29 mars à Garnier) qui bronzaient tranquillement sur le rebord de la fenêtre.

Il continua dans son élan en sautant sur le lit, au passage bien trop grand pour un appartement parisien (Queen size de Mandeep Raikhy, le 28 mars à l’Espace Pierre Cardin).

– Fini la dépression ! J’ai examiné mes problèmes sous 27 perspectives (Twenty seven perspectives de Maud le Pladec, le 28 mars à Chaillot). Ce que tu vois (de Gaëlle Bourges, le 20 mars au Théâtre des Abbesses), c’est le nouveau Balletomane anonyme. Fini la dépression, je reviens de mon introspection en Ecosse (La Sylphide de Bournonville, le 1er mars à Berlin). Je l’ai traversée D’est en ouest (de Josette Baïz, le 14 mars à la MAC de Créteil). Pour être honnête, c’est un voyage que je ne te recommande pas trop. Tu veux que je te raconte ?

– Peut-être (May B de Maguy Marin, le 27 mars à l’Espace Pierre Cardin) une autre fois ?

– Puisque tu insistes, je te raconte. Tout a commencé dans un bar à Edimbourg…

– Tu as commencé ton introspection dans un bar ?

– Bien sûr ! Je cherchais un guide. Personne ne se promène dans la forêt en Ecosse sans un bon guide ! J’ai rencontré un chasseur qui connaissait très bien le coin, je crois qu’il s’appelait Orion (Sylvia de Neumeier, le 1er mars à Helsinki). Il devait aussi partir en voyage pour retrouver une amie, m’a-t-il dit. Nous sommes donc partis à deux, mais au bout de deux jours, j’ai entendu comme la voix d’un fantôme dans la grotte où nous dormions. J’ai pris peur, et je suis parti en courant. Je courais tellement vite que je ne regardais pas où je mettais les pieds, et j’ai trébuché. Tu vas trouver ça bizarre, mais je t’assure que c’était sur une vieille chaussure (Cendrillon de Gregory Dean, le 9 mars à Copenhague).

-Dans la forêt ?!

-Mais oui ! Ensuite je me suis retrouvé nez à nez avec des oiseaux un peu louches qui se déplaçaient uniquement en ligne ou en triangle (Le Lac des cygnes de Van Dantzig à Amsterdam le 16 mars, et de Radhouane El Mebbeb le 27 mars à Chaillot). Ils avaient l’air de vouloir dire quelque chose, mais j’ai toujours été nul en pantomime. Je suis reparti de l’autre côté, et j’ai enfin trouvé un château où me réfugier. Tu ne vas pas me croire, mais à l’intérieur, tout le monde était couvert de poussière et dormait (La Belle au bois dormant de Helgi Tomasson, le 9 mars à San Francisco).  J’ai cru que j’étais devenu fou (Nijinski de Marco Goecke, le 9 mars à Zürich). Je me suis évanoui, et voilà.

-Comment ça « et voilà » ?  Comment es-tu revenu ?

-Ah ça… je ne sais pas. Quand j’ai ouvert les yeux, j’étais de retour dans mon bar, et je suis revenu.

-C’est tout ? C’est pas un peu court comme introspection ?

-Mais pas du tout ! J’en ai profité pour me perfectionner en cornemuse ! Tiens, je vais te faire un petit blindtest. Ecoute un peu.

-…

-Alors ? Tu ne reconnais pas ? Hum, effectivement, c’est un peu difficile de rendre l’électro tendance à la cornemuse (Blake Work I de Forsythe, avec une création, le 7 mars à Boston). Je vais essayer autre chose.

-…

-Non plus ? Bon d’accord, Philipp Glass c’était peut-être un peu ambitieux (Nuit Philipp Glass avec des pièces de Mancini, Millepied, Bertaud et Robbins le 29 mars à Rome). Et là ?

-…

-Mais enfin, c’est Björk ! (Björk Ballet d’Arthur Pita, avec Four Dance Episodes de Justin Peck et une création de Liam Scarlett, le 29 mars à San Francisco). Je commence à douter de ta culture musicale. Allez, un petit dernier !

-Ne me dis pas que c’est du Bach ? (Les six concertos Brandebourgois d’Anna Teresa de Keersmaeker le 8 mars à Garnier)

-Mais si ! Je savais que j’avais un talent sur la cornemuse ! Et si j’ouvrais un cornemuse-bar ?

(crédit photo : Isabelle Aubert)

Le podcast des Balletomanes Anonymes #8 : Les cygnes du Lac !

Pour vous faire vivre la danse au plus près de ceux qui la font chaque jour, nous vous présentons notre podcast « Variations sur… ».

Ce mois-ci, zoom sur les cygnes du Lac  !

Une autre manière de découvrir ce moment unique, avec les mots de ceux qui le vivent sur la scène.

Un grand merci à Bleuenn Battistoni, Alice Catonnet, Sabrina Mallem et Aubane Philbert pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions !

Crédit photo : Isabelle Aubert

Le Lac des Cygnes

Cette année, nous vous proposons des playlists pour accompagner vos journées balletomaniaques !

En ce début février, préparons l’arrivée du Lac des cygnes !

crédit photo : Svetlana Loboff / ONP

Extrait du journal intime du Balletomane du 31 janvier

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô poulet ennemi ! Que vais-je devenir ? Je me voyais déjà en cygne (Le Lac des cygnes à partir du 11 février à Vienne), et je ne suis qu’un pigeon (Les deux pigeons, le 12 février au Royal Ballet). Je me croyais Carmen (de Jiri Bubenicek, le 2 février à Rome), et je ne suis que Petrouchka (de Johan Inger, avec Daphnis et Chloé de Maillot, Le spectre de la rose de Goecke, et Prélude à l’après-midi d’un faune de Verbruggen, le tout par les Ballets de Monte-Carlo le 8 février au TCE). Je me croyais unique (One of a kind de Kylian, le 22 à Stuttgart) et… voilà quoi.

Le pays de Cocagne (d’Emmanuelle Vo-Dinh, le 12 février à Chaillot) que j’imaginais n’existait pas. Je suis maintenant frappé par la Gravité (de Preljocaj, le 7 février à Chaillot). Cette lettre est mon Requiem (de David Dawson, le 9 février à Amsterdam), mon chant du cygne (toujours le Lac, le 16 février à l’ONP), mon chant du soldat (Soldier songs et Ve Symphonie de Neumeier le 17 février à Hambourg). La presse ne m’a épargné aucun Sarcasmen (de Van Manen, avec One the move, Symphonieën der Nederlanden et 5 Tango’s le 12 février à Amsterdam), et depuis je traverse l’enfer (Orphée et Eurydice de Neumeier le 3 février à Hambourg), lourd de mes péchés, qui ne sont pourtant pas sept (The seven deadly sins de Louis Stiens le 2 février à Stuttgart).

Ô Reine des Dryades (Don Quichotte, de Carlos Acosta le 15 février au Royal Ballet), viens me chercher ! Viens m’arracher de sous la neige (Snowbling de Cathy Marston, avec The Fifth season de Helgi Tomasson et Etudes de Lander, le 14 février à San Francisco) avant que je ne tombe dans l’oubli (Le marchand et l’oubli de Guillaume Debut à Bordeaux le 13 février). Je t’attends, je t’attends, je t’attends (le retour de Jérémy Bélingard, aux côtés de Suite en blanc de Lifar, le tout à Stockholm le 15 février).

Le Bureau des Balletomanes Anonymes tient à rassurer ses lecteurs : malgré cet excès de pathos, le Balletomane va mieux, et sera de retour en mars, comme les jonquilles.

Le Bulletin des BA #11

Hello les Balletomanes Anonymes ! Très belle année à vous !

Retour sur la rencontre avec Allister Madin

L’année a bien commencé pour les Balletomanes : le 3 janvier direction notre partenaire de choc, BLOCH Paris, pour une rencontre avec le talentueux Allister Madin, juste avant qu’il ne s’envole pour la Nouvelle-Zélande. Une rencontre rythmée, où les BA ont pu découvrir le talent oratoire d’Allister qui nous a partagé sa passion de la danse, son amour du ballet et ce qui le fait rêver. Un très beau moment plein de rires et d’émotions, encore une occasion d’échanger sur la danse.

Merci à Allister et Olivier et son équipe pour son accueil toujours au top !

Retour sur la rencontre avec Françoise Marie

Le 18 janvier nouvelle occasion de se réunir, cette fois autour de la réalisatrice Françoise Marie. Vous êtes accroc à Graines d’étoiles ? Vous avez regardé toute la saison 2 sur Arte ? Dommage vous auriez du être là ! Françoise Marie nous a raconté tout l’aventure du tournage, sa passion pour l’opéra, les premiers liens avec les enfants, son regard tendre sur les artistes qu’ils sont devenus. C’est avec beaucoup d’émotions que les BA l’ont écoutée : sa passion et son émerveillement ont rendu ce documentaire encore plus magique. Alors, on le regarde à nouveau ? C’est par ici.

Merci à Françoise Marie pour cette rencontre fabuleuse !

La murder party

La murder party c’est ce week-end ! A suivre sur notre instagram ! Qui sera le-la meilleur.e enquêteur.trice ? Qui sera le-la meilleur.e acteur.trice ? Qui aura le meilleur costume ? Suivez-nous sur les réseaux pour des nouvelles de cette enquête de folie !

Les BA au manoir des Tiskaya, en pleine Russie, incarnant un personnage qui leur sera attribué, et ils devront résoudre l’énigme pendant le week-end, au travers d’ateliers, de discussions entre les différents protagonistes, et leurs observations personnelles. Ne croyez pas tout ce que l’on vous raconte ! 

En vrac

  • Les adhésions se font par Hello Asso. Pour nous rejoindre, rien de plus simple : il vous suffit de cliquer ici !  Un petit questionnaire pour mieux vous connaître et votre adhésion sera validée dès le paiement effectué sur notre plateforme Helloasso ! Votre adhésion est déjà terminée ? Pour la renouveler, ça se passe ici !
  • Les prochains événements arriveront bientôt, surveillez vos boites mails. N’hésitez pas à nous dire ce qui vous intéresserait, nous ne sommes jamais trop à court d’idées, mais vous en avez d’autre, envoyez-nous un petit mail.
  • Vous êtes doué.e en création de site web et vous voulez nous aider à refaire notre site ? Contactez-nous.
  • La playlist : Quoi de mieux pour commencer l’année qu’une petite playlist qui donne envie de faire des trucs à plein sur scène ? A écouter ici.
  • La boutique de Noël :Un nouveau tote-bag, un nouveau calendrier  et des cartes postales à offrir ou vous offrir : c’est par ici => HO HO HO


La Balletomane anonyme du mois de janvier !

Présente-toi, dis nous quand a commencé ton addiction ?

Bonjour, je suis Charlotte, j’ai 27 ans, je suis interne en pédiatrie à Rouen et surtout addict de danse !

Mon addiction a commencé tranquillement avec les cours de danse classique pour le loisir vers l’âge de 3 ans, mais elle s’est vraiment renforcée vers la fin du collège quand j’ai commencé à faire plusieurs cours de danse par semaine et à aller seule à l’Opéra voir des ballets.

Elle fait partie intégrante de mes choix de vie et a été un de mes principaux critères pour décider la ville où faire mon internat, voulant avoir une meilleure qualité de vie qu’à Paris. J’ai réalisé que les cours de danse classique adulte avancé ne se trouvent pas partout !

Ta famille l’a acceptée ? Raconte-nous.

Oui et elle m’y a même poussé ! C’est ma mère qui m’a dit vers 15-16 ans « Tu devrais essayer d’aller voir des ballets à la dernière minute, y’a des bonnes places étudiantes ou sinon le poulailler c’est bien », ce que j’ai fait ! L’année d’après je me suis abonnée, avec mes petites économies, et je le suis restée depuis. Avec la vieillesse j’épargne à mes genoux et mon dos l’amphi, mais merci médecine je suis toujours étudiante …

Par ailleurs les membres de ma famille sont mes plus grands fans, je les ai tous initié au ballet. Je les y emmène au moins une fois par an séparément pour coller aux goûts chacun. Et maintenant, tous, dans leurs villes respectives, vont voir des spectacles de danse ! Je suis, il faut le dire assez fière d’avoir pu transmettre un peu le virus…

Ici, on sait qu’on soigne le mal par le mal. Que fais-tu quand tu es en manque de danse ?

J’ai un peu honte parce qu’on ne peut pas dire que ça soit de la grande musique, étant en plus amatrice de musique classique… mais j’écoute des musiques de cours de danse (chouchou !) et de ballet et je m’imagine dansant, beaucoup mieux qu’en vrai, je marque ou je danse… Et ça fait du bien!

Après évidemment je me plonge dans les méandres de YouTube et de mes archives de vidéos de ballets et surtout des documentaires (que je connais un peu trop par cœur, donc les documentaires qui reprennent des extraits de documentaires, ça me déçoit toujours un peu !)

Sinon j’enfile mes pointes, juste pour la sensation, parce que sinon je plains mes voisins, c’est pire que les talons je pense !

À quel ballet es-tu accroc ?L

Le premier ballet qui me vient c’est La Bayadère.

J’étais étonnée en retrouvant les feuillets de distribution de voir qu’en 2012, j’ai vu 12 représentations (en comptant pré-générale et générale) donc ça me semble bien correspondre à la définition !

En plus j’ai vu quasi toutes les nominations qu’il y a eu sur ce ballet, en tout cas de ma génération ! Hervé Moreau, Stéphane Bullion, Joshua Hoffalt, Ludmila Pagliero… C’est le premier dvd de ballet  que j’ai eu, j’avais bien sûr quelques VHS… Mais bref, La Bayadère c’est sentimental !

À quel(s) danseur(s) voues-tu un culte ?

Je vouais un culte à Isabelle Ciaravola ! Actuellement j’ai mes petits chouchous mais pas de nom isolé qui me vienne, trop de chouettes artistes.

As-tu des vices dansants cachés ? 

Comme tout danse addict qui se respecte, je travaille mes équilibres en me brossant les dents, sur les quais de métro et dans les bus, je profite des grands couloirs de l’hôpital plutôt le weekend ou en garde pour faire des diagonales (pour éviter d’assommer quelqu’un au passage, pauvres patients…) ; je mets aussi des T-shirts de danse/stage de danse sous ma tenue de garde.

Dans mon jeune temps je cousais mes chaussons de danse en cours. Et évidemment mes chaussons de danse me suivent partout où je vais mais, c’est vrai que je n’y avais pas pensé pour le boulot, je vais y remédier !

As-tu l’intention de te soigner ?

Certainement pas! Et je dirais même que c’est la danse qui me soigne du reste, je le conseille vivement en thérapie prolongée !

Tu as besoin de parler de ton addiction ? Tu veux être le prochain Balletomane du mois ? Contacte-nous !