Dialogue… avec Coralie Grand

Pour ce nouveau podcast, nous explorons les sujets qui rythment le quotidien des danseurs.

Coralie Grand a connu un parcours classique au sein de l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris, sans parvenir à décrocher un contrat dans la compagnie parisienne. Elle a choisi de partir pour danser ailleurs : au Danemark, en Finlande et maintenant en Allemagne.

Son parcours de pigeon voyageur nous a donné envie d’en savoir plus sur ses choix, et sur ce qu’elle a trouvé dans chaque compagnie.

ConcoursDesBA#19 Giselle au cinéma avec Pathé Live

Sur un livret de Théophile Gautier et Jean-Henry Saint-Georges, inspiré de la légende slave des Wilis, Giselle cultive les thématiques clés du romantisme tels que l’amour tragique, la nature, le fantastique, et l’acte blanc caractéristique des ballets issus de ce courant.

L’histoire est celle d’une jeune paysanne aimée du garde-chasse Hans mais qui s’éprend d’Albrecht, un jeune aristocrate déjà engagé qui lui cache sa véritable identité. L’émouvant argument du ballet est magnifié par la musique d’Adolphe Adam, riche en effets d’orchestres qui s’intègre subtilement au déroulement du drame : à chaque personnage son motif et à chaque sentiment son instrument.

Passionné d’histoire de la danse classique, le chorégraphe propose une lecture en profondeur de l’intrigue en accentuant certains détails dramatiques. Dans cette nouvelle version, où une attention particulière est portée aux nuances de phrasés chorégraphiques, des passages originaux de mimes ont été incorporés qui rendent plus subtils les caractères des personnages et mettent en valeur, en plus de leur infaillible technique, les talents dramatiques des Etoiles et danseurs de la compagnie

L’histoire ? La jeune paysanne Giselle meurt en apprenant que l’homme qu’elle aime, Albrecht, s’est engagé auprès d’une autre. Contre sa volonté, elle rejoint les Wilis, des esprits vengeurs qui se retournent contre Albrecht et le condamnent à danser jusqu’à ce qu’il meure d’épuisement…

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 26 janvier prochain dans le Gaumont participant de votre choix à 16h en répondant à la question suivante :

Depuis 2000, quelles sont les danseuses de l’ONP qui ont abordé le rôle de Giselle sur la scène de Garnier alors qu’elles n’avaient pas le grade d’Etoile ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Edit du 14 janvier : Il s’agit de Mélanie Hurel en 2004 et Eléonore Guérineau en 2006 qui ont abordé le rôle de Giselle version Corelli, et Céline Talon en 2001 en version Mats Ek ! Bravo à tous pour vos recherches, c’est Auriane qui a gagné les deux places ! Auriane, nous t’envoyons un mail avec les modalités de retrait des places.

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 14 janvier et le gagnant sera annoncé sur cette page !

Ce programme sera retransmis par satellite en direct de Moscou en HD et son 5.1 dans plus de 160 cinémas Pathé, Gaumont, Kinepolis, Cinéville, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 8 janvier 2020 16h jusqu’au 13 janvier 2020 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 14 janvier par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses reçues à l’adresse concoursdesba(at)gmail.com et annoncé sur cette page, sur les réseaux sociaux et par mail dès 15h.

Crédits photos : Damir Yusupov / Natalia Voronova

Le bulletin des BA #13

Bonne Année à toutes et tous les Balletomanes Anonymes !

Rencontre avec Alessio Carbone

Le prochain Salon d’Honoré aura lieu le jeudi 30 janvier 2020 et nous avons la chance de rencontrer Alessio Carbone. Vous pourrez lui poser toutes vos questions ! Toutes les infos sur notre event FB.

Une prochaine murder party ?

Suite au succès de la première édition en janvier dernier, nous voulons faire profiter d’autres membres de cette occasion de se réunir autour de la danse et de jouer !

Pour rappel, une murder party, c’est un jeu de rôle grandeur nature dans lequel vous allez vivre une aventure incroyable. Chaque participant est un personnage de l’histoire, et c’est en interagissant avec les autres que vous pourrez avancer dans l’enquête. Évidemment le bureau des BA, avec l’aide d’un scénariste, vous a concocté un scénario digne d’un grand ballet russe !

Contactez-nous pour plus d’infos !

En vrac

  • Les adhésions se font par Hello Asso. Pour nous rejoindre, rien de plus simple : il vous suffit de cliquer ici !  Un petit questionnaire pour mieux vous connaître et votre adhésion sera validée dès le paiement effectué sur notre plateforme Helloasso ! Votre adhésion est déjà terminée ? Pour la renouveler, ça se passe ici !
  • Vous êtes doué.e en création de site web et vous voulez nous aider à refaire notre site ? Contactez-nous.
  • Les podcasts : À défaut d’avoir admiré Raymonda sur scène, nous vous proposons d’écouter ce qu’en pensent les artistes ! Rendez-vous ici. L’histoire vous semble nébuleuse ? Léonore Baulac vous la conte là !
  • La boutique des BA : Un nouveau tote-bag, un nouveau calendrier pour la nouvelle année => C’est par ici !

Et toujours plein de surprises à venir pour la nouvelle année…

Surveillez vos boîtes mail !

Le podcast des BA #12 : Variations sur… Raymonda !

Pour vous faire vivre la danse au plus près de ceux qui la font chaque jour, nous vous présentons notre podcast « Variations sur… »

Pour nous, Raymonda c’est le ballet qu’on pensait ne jamais revoir sur scène. De la danse, peut-être un peu long, mais de la danse de Noureev, et surtout, la Claque ! Mais qu’y voient les danseurs ? Léonore Baulac et Antonio Conforti ont répondu à toutes nos questions pour nous en dire plus.

Un grand merci à Léonore Baulac et Antonio Conforti pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions !

Crédit Photo : Svetlana Loboff / ONP

Le podcast des Balletomanes Anonymes #11 : Le Parc !

Pour vous faire vivre la danse au plus près de ceux qui la font chaque jour, nous vous présentons notre podcast « Variations sur… »

Quand on vous parle du ballet Le Parc d’Angelin Preljocaj, vous voyez immédiatement le fameux pas de deux du baiser, et la musique de Mozart résonne dans votre tête pour les trois jours qui suivent.
Mais vous savez bien que le Parc, c’est beaucoup plus que ça ! Dans ce nouvel épisode de « Variations sur… », nous vous proposons de découvrir ce qu’y voient les danseurs actuellement en scène !

Un grand merci à Grégory Dominiak, Eléonore Guérineau et Maxime Thomas pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions !

Trois questions à un danseur qui aligne six pirouettes les doigts dans le nez

Trois questions à… est notre nouvelle rubrique qui répond à toutes vos interrogations existentielles balletomaniaques !

En raison de questions particulièrement pertinentes et afin de protéger notre invité, nous vous informons que cette interview est totalement anonyme.

Quel est ton secret absolu pour tourner comme une toupie ?

Maintenir bien le dos et tourner la tête !!! ☺

En vrai la seule méthode que j’ai c’est la concentration. Le placement doit être fait avant, à la barre, pour donner au corps la possibilité de mémoriser la position la plus optimale qu’il aura pendant le tour.

Ensuite, c’est une question de technique et comment se mettre dans l’état d’équilibre avec une force tournante. Facile à dire hein !

Quels sont les risques des pirouettes folles ?

Je connais beaucoup ce risque, étant donné que je ne suis pas quelqu’un de calme… (rires)
Souvent, lors de pirouettes folles, disons que je perds un peu la notion de la boussole intérieure, donc le chaos arrive vite !!!
Parfois ça peut donner place à l’imagination du rattrapage pour finalement faire quelque chose de « mieux  », en ne suivant évidemment pas la chorégraphie. À n’utiliser que pour les cas extrêmes !!!

Le concours de pirouettes en classe du matin, fièvre ou flemme ?

J’adoreeeee ! C est un vrai moyen d’apprendre à tourner dans la bonne ambiance, avoir un échange de conseil et de se dépasser ! Souvent c’est lors de ces jeux qu’on fait nos records !!! À faire absolument dans les moments opportuns !!!

ConcoursDesBA#18 Casse-Noisette au cinéma avec Pathé Live

Incontournable à l’approche de Noël, Casse-Noisette est le ballet classique par excellence à vivre en famille à l’orée des fêtes de fin d’année. Le Ballet du Bolchoï offre un spectacle éblouissant à vivre au cinéma, qui ravira toutes les générations de publics sur la partition virtuose de Tchaïkovski.

UNE PARENTHÈSE ENCHANTÉE

Chorégraphiée par Youri Grigorovitch, la magie du conte d’Hoffmann se déploie sur la scène du Bolchoï dans des décors féériques : la fabuleuse aventure de Marie prend vie tandis que les péripéties et divertissements s’enchaînent et plongent le public dans l’imagination foisonnante de la jeune héroïne jusqu’à l’apothéose…

Le danseur étoile Semyon Chudin campe un Prince Casse-Noisette imposant de majesté, tandis que la première soliste Margarita Shrayner prête au personnage de Marie sa fraîcheur, sa grâce et sa légèreté. Ils sont accompagnés sur scène du corps de Ballet du Bolchoï qui donne vie aux tableaux emblématiques du ballet : La Marche, La Valse des fleurs, La Valse des flocons ou encore le Trepak : des mélodies inoubliables inscrites dans le répertoire classique autant que dans la culture populaire et qui achèvent de rendre ce grand ballet intemporel.

L’histoire ? C’est Noël. Le magicien Drosselmeyer apporte une poupée casse-noisette en cadeau à sa filleule Marie. À minuit, la poupée s’anime et Marie se retrouve au milieu d’une bataille menée par le Roi des souris. Heureusement, Casse-Noisette est déterminé à lui faire face.

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 15 Décembre prochain dans le Gaumont participant de votre choix à 16h en répondant à la question suivante :

Le roman d’Alexandre Dumas aborde un aspect de Casse-Noisette qui n’a pas été chorégraphié par Petitpa. Lequel ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Edit du 3 Décembre : Alexandre Dumas narre dans son roman la genèse du personnage de Casse-Noisette. C’est Vincent qui a gagné deux places ! Merci à tous de votre participation. Vincent, nous t’envoyons un mail très vite pour les modalités de retrait des places.

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 3 Décembre et le gagnant sera annoncé sur cette page !

Ce programme sera retransmis par satellite en direct de Moscou en HD et son 5.1 dans plus de 160 cinémas Pathé, Gaumont, Kinepolis, Cinéville, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 27 Novembre 2019 16h jusqu’au 2 Décembre 2019 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 3 Décembre par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses reçues à l’adresse concoursdesba(at)gmail.com et annoncé sur cette page, sur les réseaux sociaux et par mail dès 15h.

Le Parc

Le ballet iconique d’Angelin Preljocaj revient dès le 6 décembre sur la scène de Garnier.

Plongez-vous dans l’univers du ballet grâce à notre playlist !

Crédit photo : Agathe Poupeney / Opéra de Paris

Dialogue… avec Muriel Zusperreguy

Pour ce nouveau podcast, nous explorons les sujets qui rythment le quotidien des danseurs.

Nous avons rencontré Muriel Zusperreguy alors qu’elle s’apprête à achever sa carrière de 25 ans à l’Opéra de Paris.

Elle est revenue avec nous sur ses années passées à l’Opéra, sur les rôles qui l’ont marquée, et sur ses projets.


Crédit photo : Julien Benhamou

Trois questions à une danseuse qui déteste les grands (et longs) ballets classiques

Trois questions à… est notre nouvelle rubrique qui répond à toutes vos interrogations existentielles balletomaniaques !

En raison de questions particulièrement pertinentes et afin de protéger notre invitée, nous vous informons que cette interview est totalement anonyme.

Pourquoi, mais pourquoiiiiiiiii ?

Déjà car en tant que danseuse ( du corps de ballet), ils sont inintéressants à danser. On doit danser à l’identique des autres, on ne peut pas s’exprimer, et on doit danser tout petit pour ne pas dépasser des lignes ! Il n’y a pas de challenge technique, et le seul tour de force résulte dans le «  être tous ensemble parfaitement ». Artistiquement il n’y a que très peu à donner ou rechercher quand on est une « Ombre » ou un « paysan ».

Ensuite, ils sont longs et ennuyeux à regarder surtout pour les gens non connaisseurs ; les histoires sont difficilement compréhensibles et ils ne véhiculent que très peu d’émotions, ne poussent pas à la réflexion, tout est juste « beau » . Sans compter ceux qui sont racistes, mysogines et véhiculent des valeurs disons… d’un autre temps.

Est-ce que tu ne te sens pas ostracisée dans ce désamour ? Comment le gères-tu ?

Heureusement il n’y a pas que ces ballets dans le classique et encore moins dans la danse : je me régale d’un Etudes, d’un Suite en Blanc, d’un Roméo et Juliette, d’un Faust. En fait, je suis encore plus spécifique que ça. Je gère en essayant d’apporter quand même quelque chose d’inspiré ou d’intelligent quand je danse ces grands ballets ….

Si tu étais chorégraphe et qu’on te demandait de remonter La Bayadère, que ferais-tu ?

Je me demanderai quel intérêt peut avoir cette histoire pour un spectateur d’aujourd’hui ; j’essaierai de saisir les symboles importants que ce ballet peut transmettre et de les mettre en chorégraphie. J’essaierai de diminuer cet  orientalisme dépassé pour me renseigner vraiment sur ce qu’est la danse en Orient et en proposer une vision plus réelle et moins fantasmée que celle des occidentaux du 19è siècle. Mais toute personne qui essaierait de me faire peindre des enfants en noir en les appelant «  négrillons » serait forcée d’ouvrir un livre d’histoire et prendre quelques notes sur ce qu’est une oppression systémique. Voire je la forcerai à regarder des interviews d’Angela Davis ou Martin Luther King !

Ajout de la danseuse anonyme : Je tiens à ajouter que j’adore la danse classique, mais la seule chose que je n’aime pas, ce sont les « grands «  ballets russes de Noureev et Petipa.