Mémoires d’été #19

Cette année, semaine spéciale “Mémoires d’été” : les danseurs vous livrent leurs gaffes les plus mémorables en scène !

Pour commencer la semaine, retrouvez Allister Madin !

L’horoscope de l’été des Balletomanes Anonymes #3

Bélier Plein·e de projets, fonçant vers votre objectif quel que soit l’obstacle qui vous barre la route, prêt·e à tout pour attirer à vous votre crush… les Béliers sont des Gamzatti en puissance. Au fond, vous la comprenez, cette baffe qu’elle file à Nikiya. Et puis être porté·e aux nues par deux serviteurs dévoués à votre gloire, comme pendant le Grand Pas, avouez-le, vous adoreriez ça.

Taureau Espada est sanguin, Espada est beau, Espada est fort, mais Espada, c’est aussi ce bon vivant finalement bien in love de sa Mercedes, qui n’est pas contre passer du bon temps à la taverne et faire honneur aux boissons du mariage. Donc oui, c’est autant de bonnes raisons pour dire qu’Espada est Taureau. Et non, ce n’est pas que parce que c’est un toréador.

Gémeaux « Nous sommes deux sœurs jumelles… », oui on sait, vous les Gémeaux connaissez la chanson par cœur. Mais force est de constater que les sœurs de Cendrillon vous correspondent pas si mal que ça…Toujours en mouvement, toujours en action, parfois un brin puéril·e, et avec cette légère tendance à voir la réalité à votre sauce. Retirez cette chaussure, elle est jolie, mais ce n’est pas la vôtre.

Cancer Vous la connaissez, votre sensibilité exacerbée et votre dépendance affective envers l’élu·e de votre cœur ? Bon. Imaginez maintenant qu’il vous trompe. Aïe… Drama. Rangez cette épée et calmez-vous un peu, ce n’est pas parce que vous êtes une fervente Giselle que vous avez besoin d’aller aussi loin qu’elle : nul besoin d’un pas de deux en mode fantôme pour retrouver la tendresse à laquelle vous aspirez.

Lion C’est vous les plus fort·es, les plus grand·es, les plus solaires, finalement : Apollon entouré de ses muses enamourées, ça vous parle. Chef de gang du Zodiaque, hédoniste s’il en est, ce rôle serait le vôtre. En outre, votre noble front trouve complètement ses marques dans la chorégraphie aux lignes antique du néoclassique Mister B.

Vierge Votre truc à vous, telle la Féé Lila, c’est l’ordre, la méthode, et les choses bien faites. Votre dévouement légendaire s’ajoutant à cela, vous voilà à tout régler pour que la princesse ne meurt pas, à prendre le Prince par la peau des…, euh, le bout des oreilles pour qu’il aille jusqu’au château, et à organiser le mariage. Une fois tous les problèmes résolus, vous pouvez profiter de la fête et prendre votre part à l’apothéose finale.

Balance On le sait, vous avez du mal à choisir et à arrêter vos positions… Cela vous joue des tours, ami·es Balance, et vous mène dans des situations qui déplaisent pourtant à votre nature pacifique. Il est naturel qu’Albrecht vous corresponde, ainsi qu’à votre esprit romantique et idéaliste. Quant à votre sens inné de l’esthétisme, il est naturellement fait pour manœuvrer cette cape dans les brumes d’une forêt d’automne.

Scorpion Les sentiments exacerbés, les histoires passionnées, assaisonnées de souffre et de sensualité, ainsi que d’une bonne dose de drama, ça c’est Scorpion à mort. Alors tomber raide dingue d’une courtisane, vivre une histoire intense de quelques mois, la détester parce qu’elle vous quitte et, aimer encore, haïr, aimer par-delà la mort, oui, désolé de vous le dire, c’est complètement votre truc. Ajoutez les redingotes sombres et les chemises de poètes, et vous êtes Armand Duval.

Sagittaire Encore une fois, non, ce n’est pas qu’une question d’arc et de flèche… Comme vous, la belle nymphe Sylvia aime les grands espaces et sa liberté. Un Orion quelconque peut bien essayer de vous enfermer, rien n’y fera. Gare à ceux qui vous contrarient, car alors la flèche (on y revient) peut partir. Mais qu’on ne s’y trompe pas : vous, tout ce que vous voulez, c’est vivre votre vie au rythme jovial des pizzicati.

Capricorne Un bon livre, la famille autour de vous, les amis fidèles, et vous êtes bien, n’est-ce pas là une Tatiana Larine qui se dessine ? Vous êtes sérieux·se, vous savez ce que vous voulez, un peu froid·e sans pour autant vouloir être méchant·e…et totalement désarçonné·e face à cette magnifique personne inconnue qui s’avance. Mon Dieu ! Des sentiments ! Mais c’est la seule, la vraie, l’unique que vous attendiez ! En réalité, un beau général calme et posé vous ira mieux qu’un sombre type qui se moque de vous.

Verseau Les autres ne comprennent rien à votre vie et ça ne vous empêche pas de dormir. Vous, vous mettez le cap vers votre liberté, vers vos idéaux, vers un monde meilleur avec ceux que vous chérissez, et si vous pouvez, telle Manon, vous faire plaisir au passage (avec des belles fringues et du champ’), et ben il n’y a pas de mal. Votre aura obnubile ceux qui vous approchent, mais attention à ne pas être attrapé·e à votre propre jeu : libre comme l’air (votre élément), oui, de là à finir dans un marais glauque, peut-être pas.

Poissons Votre intuition et le magma de passions qui gronde sous votre sage plumage d’Odette sont vos atouts clefs, mais vous avez une légère tendance à vous laisser flotter sur votre lac intérieur, perdu·e dans vos rêveries. Vous n’êtes pourtant pas très bien protégé·e derrière vos seules ailes de cygne. Mais porté·e par vos instincts, votre idéalisme et votre sens du sacrifice pour ceux que vous aimez, vous savez prendre votre envol quand il le faut.

Le jeu de l’oie des Balletomanes Anonymes

Chers Balletomanes Anonymes,

Cette année n’est pas assez amusante pour vous ?

Nous vous avons concocté un jeu de l’oie spécial danse, qui va animer vos matinées, vos siestes ou soirées ! Entre amis, petits et grands, une partie ou bien 10, retracez le parcours de chez vous jusqu’à Garnier pour assister à votre ballet préféré !

Vous pourrez imprimer le jeu en A4 ou même en A3. Bonus, vous pouvez le colorier à votre goût !

Bel été les BA !

N’hésitez pas à poster vos été dansants sur les réseaux sociaux avec le #BalletomanesAnonymes !

La playlist comédie musicale !

Quoi de mieux qu’une choré (presque) parfaitement exécutée chez vous ou entre amis (à distance évidemment !) et en chantant à tue-tête vos airs favoris ?

Profitez la playlist de nos comédies musicales préférées !

Merci à Romain pour son coup de main et son œil expert !

Crédit photo : David James—Miramax/The Kobal Collection

La vraie vie des personnages de ballet en confinement

Le confinement a marqué la danse, comme le reste du monde, c’est une certitude. Cours en ligne, workout maison et désespoir de voir les salles fermées, chacun y est allé de son état d’esprit enfermé chez soi. Les personnages de ballets ne sont pas en reste : si certains ont pu s’échapper de leur clôture pour quelques livestreams d’urgence, pour eux aussi, le confinement a été une période singulière.

Les Balletomanes Anonymes sont aujourd’hui en mesure de vous révéler, en exclusivité, quelle a été la vraie vie des personnages de ballet au cours des deux mois écoulés.

Aurore

N’étant pas à quelques mois près, la princesse Aurore en a rajouté deux à ses cent ans de sommeil. Assoupie comme à son habitude, elle n’a rien vu de ce qui s’est passé, n’est au courant de rien, perdue dans ses songes de princesse, dans son lit de princesse, avec sa robe de princesse. Mais sans son prince. Heureusement qu’elle aime dormir, Aurore : non seulement Désiré n’a pas pu aller la réveiller pendant le confinement, mais les gestes barrières lui interdisent de l’embrasser pour la réveiller. La fée Lilas a beau lui répéter que si, pour une fois il peut faire une exception, il a trop peur, le bougre. Et voilà, encore un mariage reporté à cause du Covid.

Le Jeune Homme

Le Jeune Homme était déjà confiné dans sa chambre de bonne à Paris, il a donc continué à naviguer entre spleen, bowling avec des meubles, désespoir, et longues pauses clopes sur son lit, les yeux dans le vague pendant que les cendres tombaient sur ses draps. Le Jeune Homme, il a vécu sa petite vie tranquille. D’ailleurs, en parlant de vie, la Mort n’a même pas pu lui rendre sa visite habituelle, le confinement rendant impossible les balades nocturnes sur les toits de Paris.

Cendrillon

Cendrillon était, elle aussi, déjà enfermée chez elle de toutes façons. Mais l’annulation du bal du Producteur, ça lui a mis un coup au moral tout de même. Heureusement, son quotidien s’est un peu adouci : dans leur ennui, ses sœurs et sa marâtre se sont prises de passion pour les tâches ménagères. Les voilà qui se battent pour lui prendre le balai des mains, et à lui demander ses trucs et astuces pour une recette réussie de pain cuit sous la cendre. Heureusement, en bonne cinéphile, Cendrillon a pu utiliser ce temps libre pour regarder une quantité de films. Si avec ça elle n’a pas plein de trucs à dire au Producteur…

Solor

Manque de chance, quand le Rajah a annoncé le confinement et, par conséquent, la fermeture du Palais, Solor était parti chasser le tigre. Il trouva porte close à son retour. Même pas la peine d’aller quémander refuge au Temple, le Grand Prêtre se faisant un plaisir de lui opposer la plus stricte politique sanitaire. Errant dans la forêt, il essaya plusieurs jours de trouver des opiacés pour calmer ses crises d’angoisse. Il finit par fumer des orties. Il nous a d’ailleurs déclaré à ce sujet : « Très mauvais baye, les Ombres n’étaient pas aussi nettes que d’habitude. T’as de la bonne, toi ? ».

Juliette

Le bal des Capulet avait mis Juliette en joie : quelle chance, il a eu lieu le dernier week-end avant le confinement. Le Covid s’était invité à la fête : ses parents étaient tombés malades juste après, ce qui l’inquiétait un peu. Tybalt aussi, mais elle se faisait moins de souci pour son gaillard de cousin. Au fond, cela l’arrangeait bien, car elle avait ainsi le champ libre pour attendre Roméo à son balcon. Seulement, plus beau que courageux, le joli Montaigu n’est jamais venu… Lasse d’attendre, Juliette a donc fini par danser avec les arbres du jardin, faute de mieux.

Albrecht

Albrecht a eu une chance incroyable : il était dans ses terres de Silésie lorsque le confinement a été annoncé. Il a donc profité de son séjour champêtre pour se balader dans les bois, la nuit, son ténébreux manteau drapé autour de lui, mais il manquait quelque chose. Il a bien senti, Albrecht, que son destin romantique était contrarié par le confinement : pas un joueur de dés, pas un rival jaloux, pas une Wili à rencontrer dans la forêt. Il aurait bien voulu pousser jusqu’à la tombe de Giselle, pour voir, mais elle était à plus d’un kilomètre de son domicile (ce que Wilfried, son page, n’a pas arrêté de lui répéter).

Siegfried

Confiné au château, c’est dans la plus stricte intimité familiale que le prince Siegfried a fêté son anniversaire. Pas de valse et de polonaise avec les copains, passe encore. Mais seul autour du gâteau avec sa mère et son précepteur, c’était carrément glauque. Le tout a commencé à devenir carrément flippant quand ledit précepteur, rendu fou par l’enfermement, s’est mis à courir dans les couloirs en battant des bras comme si c’étaient des ailes. Et impossible de dormir avec ce cygne qui venait frapper à sa fenêtre toutes les nuits. Il nous a déclaré : « Si on doit reconfiner, je préfère aller me jeter dans le lac ! ».

La Dame aux camélias

Marguerite est une femme du monde, et vit de ses rencontres. Alors quoi, laisser la crinoline au placard, ne plus sortir à l’Opéra, ne plus voir personne, et surtout pas ses admirateurs ? Quelle idée ! Qu’à cela ne tienne, Marguerite a fait porter des petits cartons chez ses amis : chez elle, on reçoit. La police a été bien surprise de voir tout ce beau monde folâtrer chez la demi-mondaine… Heureusement que le duc a gentiment payé les amendes de tout le monde. Pas découragée, Marguerite a quitté Paris sans attestation (mais avec un Armand ravi) pour sa maison de campagne.

Don José

Don José n’était que douleur lorsque la fermeture de sa taverne préférée a été annoncée. Adieu, les soirées avinées, les danses avec des chaises, les batailles d’ivrogne, les copains, et les copines à perruques… Après s’être lamenté sur son triste sort, Don José, jamais à court de (mauvaises) ressources, s’est frotté les mains quand il a vu dans la panique sanitaire l’occasion de faire de bonnes affaires. Aidé de ses relations chez les contrebandiers et fin connaisseur des habitudes de la police, il a monté un trafic de masques et de gel hydroalcoolique. On vous laisse deviner comment tout cela s’est fini (on peut juste vous dire que même avec la réouverture des bars, il ne va pas la revoir de sitôt, sa taverne).

Lise

La Fille mal gardée n’a jamais aussi bien porté son nom. Déjà pas bien disciplinée en temps normal, ce n’est pas un « confinement » qui allait l’empêcher de n’en faire qu’à sa tête. La mère Simone, pas plus commode que d’habitude, est tout aussi débordée par les événements. Alors Lise s’en donne à cœur joie, et file à travers champs retrouver Colas. Les risques ? Lise s’en fiche, ou n’en n’a pas conscience. À qui l’embête, elle répond que « danser avec un ruban est un moyen infaillible de garantir la distanciation physique ». Avant de nous avouer, étouffant un rire, qu’il lui arrive parfois de s’enrouler dans le ruban…

Dialogue… avec Diane Saller

Pour ce podcast, nous explorons les sujets qui rythment le quotidien des danseurs.

Diane Saller a intégré le ballet de l’Opéra de Paris en tant que surnuméraire pour la soirée Balanchine donnée sur la scène de Bastille en mars 2020. Son parcours l’a conduite de cours privés au Prix de Lausanne, de Winnipeg à Bucarest. Nous l’avons rencontrée avant le confinement, et son témoignage nous éclaire sur la réalité des carrières de nombreux danseur.ses.

Crédits photos : IkAubert et Lavinia Hutanu