Le podcast des Balletomanes Anonymes #4

Pour vous faire vivre la danse au plus près de ceux qui la font chaque jour, nous vous présentons notre podcast « Variations sur… ». Ce mois-ci, deux danseurs nous racontent leurs émotions de l’opéra dansé Orphée et Eurydice de Pina Bausch.

Une autre manière de découvrir le spectacle, avec les mots de ceux qui le vivent sur la scène.

Orphée et Eurydice de Pina Bausch est à découvrir sur la scène du Palais Garnier du 24 mars au 6 avril 2018.

Un grand merci à Vincent Chaillet et Charlotte Ranson pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions !

ConcoursDesBA#8 Giselle au cinéma avec Pathé Live

Dansé sur la scène du Bolchoï avec la virtuosité de la compagnie depuis plus de 150 ans presque sans interruption, le grand ballet classique Giselle prend une dimension dramatique intime inégalée dans la version de Youri Grigorovitch.

La prima ballerina assolutta Svetlana Zakharova se révèle dans ce rôle ultime du ballet classique aux côtés des Etoiles Sergei Polunin et Ekaterina Shipulina.

L’histoire ? Giselle meurt d’effroi lorsqu’elle apprend qu’Albrecht, l’homme qu’elle aime, n’est pas celui qu’il prétend être et qu’il est promis à une autre. Son âme revient cependant sous la forme d’une Wili, cet esprit vengeur qui fait danser les hommes infidèles jusqu’à la mort…

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 8 avril prochain au Gaumont Opéra Capucines à 16h en répondant à la question suivante :

Qui ont interprété les rôles de Giselle et Hilarion lors de la première de Giselle ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 20 mars et le gagnant sera annoncé sur cette page !

Edit du 20 mars : La réponse est Carlotta Grisi et Jean Coralli . C’est Emilie qui a gagné deux places ! Merci à tous de votre participation. Emilie, nous t’envoyons un mail très vite pour les modalités de retrait des places.

 

Le ballet sera diffusé en exclusivité dans plus de 160 cinémas en France pour une date unique en HD et son 5.1 : les cinémas Gaumont, Pathé, Kinepolis, Cinéville, Cap Cinéma, Cinemovida, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 14 mars 2018 15h jusqu’au 19 mars 2018 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 20 mars par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses et annoncé sur cette page et par mail dès 15h.

Où trouver les Balletomanes Anonymes en mars ?

Cher ami Balletomane Anonyme,

C’est dans une période glaciale et enneigée que nous t’écrivons pour cette programmation du mois de mars. Cette période où l’hiver est encore bien là, ça ne t’a pas échappé, mais où on voudrait bien que le printemps arrive vite vite vite. C’est dans 20 jours, courage.

 

Du côté danse, on oscille aussi entre hiver et printemps. De manière tout à fait subjective, et à la logique probablement très contestable, nous avons fait un classement entre ballets pour l’hiver, et ballets pour le printemps.

 

Ainsi, nous te dirions que si tu cherches à prolonger l’hiver, le froid, plusieurs possibilités s’offrent à toi. Tu peux choisir des pièces qui brillent par leur absence de lumière, comme Herrumbre de Nacho Duato à partir du 2 mars à Berlin, Quelque part au milieu de l’infini/New school (Amala Dianor) le 15 mars au Théâtre des Abbesses, ou encore Circeo de Fabrizio Favale le 22 mars à Chaillot.

 

Tu peux aussi choisir des pièces qui t’évoquent de manière irrésistible une ode à la vie et qui se terminent tellement bien. À ce niveau, Orphée et Eurydice  de Pina Bausch à partir du 24 mars à Garnier est incontournable, mais tu peux aussi regarder du côté du CND pour Stayin Alive de Mark Tompkins ou de La Villette pour The great tamer de Dimitris Papaioannou le 20 mars (Le Monde parle de descente aux enfers, nous n’inventons rien).

 

Il y a aussi des chorégraphes qui nous fascinent, mais qui évoquent l’hiver, si si. Par exemple, le ballet d’Oslo te propose de passer la soirée avec Jiri Kylian (Tiger Lily), William Forsythe (In the middle) et Alan Lucin Oyen (Timelaps) à partir du 15 mars. Rien que d’y penser, nous avons froid. Le même jour, le Royal Ballet a prévu une création de Wayne McGregor, une autre de Christopher Wheeldon, et The Age of anxiety de Liam Scarlett : Scarlett nous parle de la Première guerre mondiale, et McGregor donne froid, on ne discute pas. Pareil pour Stockholm d’ailleurs (Artifact Suite de Forsythe et The grey area de Dawson) à partir du 23 mars, et Rome, avec une soirée comprenant Petite mort (Kylian), Artifact Suite (Forsythe) et Walking Mad (Johan Inger) à partir du 15.

 

Petit aparté puisqu’on parle de Walking Mad, on note ce mois-ci une sur-utilisation du Boléro, suite à un mouvement initié à Paris le mois dernier. La Scala proposera la version Béjart, accompagnée de Petite mort (Kylian) et Mahler 10 (Aszure Barton) à partir du 10 mars, alors que Boris Charmatz et Odile Duboc nous présenterons Etrangler le temps/Boléro 2 au CND le 13 mars, plus contemporain donc.

 

Bref, revenons à notre histoire de saison pour passer au printemps, voire parfois complètement à l’été, toujours sur une base plus ou moins bancale.

 

Le ballet du Capitole attaque avec une soirée Roland Petit le 8 mars : Les forains, L’Arlésienne et Carmen, et Helsinki suit dès le 24 mars avec Don Quichotte de Patrice Bart. Vous vous réchauffez ?

 

On pourra profiter de la toute printanière Fille mal gardée d’Ashton dès le 3 mars à Stuttgart, , opter pour Songe d’une nuit d’été (Ashton) à partir du 10 mars à Dresde, ou pour l’exotique Raymonda de Noureev à Vienne à partir du 9 mars.

Pas assez de Raymonda ? Incidence chorégraphique l’a prévu au programme (entre autres) à Yerres le 17 mars.

 

Et puis qui dit printemps, dit voyage. Ne vous laissez pas tromper par l’image pluvieuse utilisée pour la promo, car le Ballet du Rhin nous emmène en Israël, avec une soirée « Plus loin l’Europe » qui réunira Idan Sharabi (Water), Gil Carlos Harush (The heart of my heart) et Ohad Naharin (Black Milk et George et Zalman).

 

Et au printemps, nous considérons que nous sommes de bonne humeur. Et qu’est-ce qui illustre bien la bonne humeur ? 3e étage ! Deux dates ce mois-ci, l’une le 11 mars au Luxembourg avec Dérèglements  et l’autre le 18 mars à Noisy-le-Grand pour Petites virtuosités variées.

Il y a aussi la solution viennoise avec Le Concert de Robbins, auquel s’ajoutent Thème et variations (Balanchine), Stravinsky Violin Concerto (Balanchine) et Bach Suite III (Neumeier) à partir du 16 mars.

 

Il y a bien Sunny d’Emanuel Gat à la Cité de la Musique le 22 mars, mais tu sens bien que ça devient vraiment acrobatique.

 

Malgré toute notre bonne volonté, nous n’avons pas réussi à tout classer. Que ça ne t’empêche pas de te ruer à Bordeaux pour une soirée qui s’annonce fort belle dès le 2 mars, avec B comme… (Nicolas Le Riche) et Pneuma (Carolyn Carlson).

 

Avant d’oublier, encore quelques spectacles :

  • Hunter (Marc Lainé) le 7 mars à Chaillot
  • Matrioska (Tiago Guedes) au CND de Pantin le 7 mars
  • Les Danses partagées au CND le 10 mars
  • M comme Méliès (Elise Vigier et Marcial di Fonzo Bo) à Chaillot le 22 mars
  • The fab five (l’équivalent de la soirée Danseurs-chorégraphes) à Stuttgart le 23 mars 
  • O Senseï (Catherine Diverrès), Density 21.5, Immersion, Mandala (Carolyn Carlson) le 27 mars au CND
  • Quintette (Jann Gallois) à Chaillot le 29 mars

 

Et puisque cette année, le début du mois de mars est un peu particulier, nous pensons très fort à tous les danseurs de l’ONP pour le concours de promotion des 2 et 3 mars !

 

Vivement le printemps, c’est nous qui vous le disons.

Le Balletomane Anonyme du mois de février

Présente-toi, dis-nous quand a commencé ton addiction ?

Je fais de la danse et vais à l’opéra depuis que je suis petite, mais mon addiction a vraiment commencé à « s’épanouir» il y a 3 ans, quand je me suis installée à paris ; c’est beaucoup plus simple d’aller souvent à l’Opéra, aux Étés de la danse ou autre…

Ta famille l’a acceptée ? Raconte-nous.

Mes parents m’ont toujours emmenée à l’Opéra voir un ou deux ballets chaque année depuis que je suis petite, donc ils l’acceptent ; en revanche,  ils ne comprennent pas que je puisse aller voir le même ballet plusieurs fois de suite, ils ne voient pas les différences entre chaque distribution, et ce qu’elles peuvent apporter au ballet.

Ici, on sait qu’on soigne le mal par le mal. Que fais-tu quand tu es en manque de danse ?

En manque de danse, je regarde des ballets sur internet. Heureusement depuis quelques années il y a de plus en plus de ballets complets, ou des vidéos avec différentes distributions… Youtube est mon meilleur ami !

À quel ballet es-tu accroc ?

Le Lac des cygnes ! La musique est magnifique, je la connais par cœur, il y a de beaux ensembles, et le ballet peut être très émouvant avec la bonne distribution.

À quel danseur voues-tu un culte ?

Pas à un danseur en particulier mais à une génération de danseurs de l’Opéra à travers lesquels j’ai découvert la danse, sur scène ou en dvd : Agnès Letestu, José Martinez, Nicolas Le Riche, Claire-Marie Osta, Manuel Legris, Monique Loudières, Laurent Hilaire…
En ce moment à l’Opéra j’ai quelques chouchous : Mathias Heymann, François Alu, Héloïse Bourdon et Hugo Marchand, je ne rate pas les soirées où ils dansent les rôles principaux.

As-tu des vices dansants cachés ? 

Chanter ou garder en têtes les musiques des ballets pendant quelques semaines (voire plus !) après avoir assisté au Lac, Giselle, Don Quichotte, La Bayadère ou autre… et marquer les pas en même temps évidemment !

As-tu l’intention de te soigner ?

Pas pour l’instant ! Quelle belle sensation quand on sort d’un ballet et qu’on a été emporté par l’histoire, la musique, les interprètes et la beauté de la danse.

Merci Marianne !

Tu as besoin de parler de ton addiction ? Tu veux être le prochain Balletomane du mois ? Contacte-nous !

ConcoursDesBA#7 Les Flammes de Paris au cinéma avec Pathé Live

Ballet phare du Bolchoï, Les Flammes de Paris encapsule l’énergie débordante de la compagnie. Sur fond de Révolution française, le chorégraphe russe Alexeï Ratmansky remonte aux origines de ce ballet pour puiser dans quelques uns des pas les plus époustouflants du répertoire. Sur la musique de Boris Assafiev se jouent la découverte de l’amour et de la liberté dans une même envolée chorégraphique.

L’histoire ?  En l’an 1789, Jeanne et son frère Jérôme quittent Marseille pour Paris afin de soutenir la Révolution qui est en marche à la capitale. Sur leur chemin vers la liberté, ils rencontrent également l’amour…

 

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 4 mars prochain au Gaumont Opéra Capucines à 16h en répondant à la question suivante :

Qui a créé la chorégraphie originale du ballet  Les Flammes de Paris ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 20 février et le gagnant sera annoncé sur cette page !

 

Edit du 20 février : La réponse est Vassili Vainonen. C’est Lucie qui a gagné deux places ! Merci à tous de votre participation. Lucie, nous t’envoyons un mail très vite pour les modalités de retrait des places.

 

Le ballet sera diffusé en exclusivité dans plus de 160 cinémas en France pour une date unique en HD et son 5.1 : les cinémas Gaumont, Pathé, Kinepolis, Cinéville, Cap Cinéma, Cinemovida, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 14 février 2018 15h jusqu’au 19 février 2018 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 20 février par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses et annoncé sur cette page et par mail dès 15h.

Le Bulletin des BA #3

Depuis notre dernier bulletin en novembre, la vie de l’association a pris un rythme de croisière, entre cours de danse et Ballet Party !

  • Les cours de danse des Balletomanes Anonymes 

Les cours de danse des BA battent leur plein, et vous êtes toujours plus nombreux à venir profiter des meilleurs professeurs !

Le 27 janvier dernier, ce fut le tour de Wayne Byars de nous dispenser un cours tout en bienveillance et conseils éclairés, pour 21 Balletomanes Anonymes de tous niveaux ! L’occasion de passer une heure trente très conviviale, et accompagnés d’un pianiste de qualité.

 

  • La ballet Party #12 

Sur le thème « Béjart », la #BalletParty12 a eu lieu le 29 janvier au Bianca.

Après la rencontre avec Ariane Dollfus, les BA pensaient tout connaître de ce grand chorégraphe, et c’est avec surprise et fougue qu’ils ont répondu au fameux quiz pour tenter de gagner de beaux cadeaux : livres sur Béjart, affiche du Boléro et entrées pour le Louvre. (Alors, vous vous souvenez du nom de l’actrice qui a donné son nom à un des mouvements du Boléro ?)

Nos généreux danseurs nous avaient dédicacés leurs chaussons et ce fut l’occasion d’une vente aux enchères animée ! Des heureux BA sont repartis avec les pointes de Marion Barbeau, Ambre Chiarcosso et Alice Catonnet, ainsi que les chaussons magiques de Varna de Paul Marque !

Ce second rendez-vous de la saison a permis de rencontrer de nouveaux balletomanes et d’offrir aux adhérents leur goodie de bienvenue. Vous n’y étiez pas ? Pas de panique, le bureau le garde bien au chaud pour une prochaine fois ! Vous pouvez également nous envoyer un petit mail pour nous croiser dans Paris !

 

Le bureau vous donne rendez-vous très bientôt pour l’annonce des prochaines activités : au programme, un voyage, des rencontres, encore plus de cours de danse… et des surprises !

À très vite !

Le podcast des Balletomanes Anonymes #3

Pour vous faire vivre la danse au plus près de ceux qui la font chaque jour, nous vous présentons notre podcast « Variations sur… ». Ce mois-ci, trois danseurs nous racontent l’histoire  d’Onéguine de John Cranko !

Une autre manière de découvrir le spectacle, avec les mots de ceux qui le vivent sur la scène.

Onéguine de John Cranko est à découvrir sur la scène du Palais Garnier du 9 février au 7 mars 2018.

Un grand merci à Marion Barbeau, Paul Marque et Jérémy Loup-Quer pour avoir pris le temps de répondre à toutes nos questions !

Où trouver les Balletomanes Anonymes en février ?

Cher ami Balletomane Anonyme,

D’accord, Février est le mois le plus court, mais aussi un des plus déprimants. Il pleut tout le temps, Noël est bien loin, tu as rangé depuis plusieurs semaines déjà les ballons géants et les castagnettes…

ET BIEN NOUS TE DISONS NON !!! D’abord, parce que si tu y tiens vraiment, il y a toujours moyen de croiser Kitri et Basilio, dans la version de Ratmansky à Amsterdam à partir du 13 février, et à partir du 16 dans la version de Ullate à Berlin. Olé !

 

D’ailleurs, le classique, ou au moins les pointes qui vont avec, sont à l’honneur un peu partout en Europe, ce qui te donnera l’occasion de voyager un peu. Ainsi, toujours à Berlin, tu pourras sauter sur l’occasion de prendre ta dose de Giselle (Patrice Bart) dès le 3 février. Mais sache que le ballet de Helsinki proposera aussi la version que tu connais si bien à partir du 23 février. Et puis bien sûr, Onéguine (Cranko) pose à nouveau ses bagages et son costume noir à l’Opéra de Paris à partir du 9 février. À moins que ce ne soit pas classique mais néoclassique ? Chez les BA, on en perd notre latin.

 

Du coup, on ose à peine te proposer dans la foulée le programme Robbins (Dances at the gathering) et Cranko (Initials RBME), donné à Stuttgart à partir du 10, The Winter’s Tale de Wheeldon au Royal Opera House (Edward Watson <3) et au cinéma, le très tentant triple bill de Vienne autour de Symphonie en ut (Balanchine), Murmuration (Edward Liang) et Blanc (Daniel Proietto) dès le 13, ou encore l’intrigant Les Beaux dormants (Hélène Blackburn) par le Ballet du Rhin à partir du 22 à Mulhouse.

 

Tu pourras aussi te perdre à Oslo à partir du 8 février – oui, la carte blanche donnée à Pieter Ampe s’appelle « Get lost », et faire un saut à Stockholm juste avant, le 2 février, pour PUUR de Wim Vandekeybus, qui promet de te remonter le moral autour du thème du génocide.

 

Le problème dans tout ça, c’est que tu seras déjà certainement en train de faire des aller-retours sur la ligne 8 pour alterner entre Onéguine et la Soirée Ravel avec Daphnis et Chloé (Millepied) et Le Boléro (Béjart) à partir du 22 février.

 

Au passage, si Benjamin Millepied te manque, n’hésite pas à passer par le Ballet de Lyon le 1er février, il y sera avec Sarabande, aux côtés de Russel Maliphant (Critical Mass) et William Forsythe (Steptext).

 

Revenons donc à notre problème de navette entre Garnier et Bastille, qui t’obligerait à rester à Paris. Tu pourras y voir pas mal de choses intéressantes, notamment à Chaillot :

 

Sans oublier de passer par le Théâtre des Abbesses le 1er pour Scena Madre (Ambra Senatore), par le Monfort Théâtre pour Humanoptère de Clément Dazin à partir du 2, ou par l’Espace Pierre Cardin pour (attention c’est long) Oh Louis… we move from the ballroom to hell while we have to tell ourselves stories at night so we can sleep de Robyn Orlin à partir du 15.

 

Mais finalement, est-ce qu’on ne sera pas simplement tous devant notre écran, dans une chambre d’hôtel à Anglet le 3 février pour commenter la finale du Prix de Lausanne, juste s’échauffer avant le spectacle de 3e étage le lendemain ?

ConcoursDesBA#6 La Dame aux Camélias au cinéma avec Pathé Live

Le Bolchoï donne un nouveau souffle à la production phare du chorégraphe américain John Neumeier. La prima ballerina du Bolchoï Svetlana Zakharova, incarne l’héroïne du roman d’Alexandre Dumas Fils, Marguerite Gautier, avec une intensité dramatique inégalée aux côté d’Edvin Revazov, danseur fétiche de Neumeier.

Sur la musique de Frédéric Chopin, le chorégraphe traduit le drame, l’amour et la fatalité du destin qui guette les deux amants, faisant de La Dame aux Camélias l’oeuvre romantique dansée par excellence.

La distribution :

Svetlana Zakharova (Marguerite Gautier), Edvin Revazov (Armand Duval), Anna Tikhomirova (Manon Lescaut), Semyon Chudin (Des Grieux) Kristina Kretova (Prudence Duvernoy), Mikhail Lobukhin (Gaston Rieux) et le corps de ballet du Bolchoï.

Alors, ça vous tente ? Tentez de gagner deux places* pour assister au ballet le 4 février prochain au Gaumont Opéra Capucines à 16h en répondant à la question suivante :

Le roman d’Alexandre Dumas a également inspiré un opéra : savez-vous duquel il s’agit ?

Envoyez-vite votre réponse par mail à concoursdesba(at)gmail.com !

Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses le mardi 30 janvier et le gagnant sera annoncé sur cette page !

Edit du 30 janvier : La réponse est La Traviata. C’est Marybel qui a gagné deux places ! Merci à tous de votre participation. Marybel, nous t’envoyons un mail très vite pour les modalités de retrait des places.

 

Le ballet sera diffusé en exclusivité dans plus de 160 cinémas en France pour une date unique en HD et son 5.1 : les cinémas Gaumont, Pathé, Kinepolis, Cinéville, Cap Cinéma, Cinemovida, Ciné Alpes et de nombreux cinémas indépendants partout en France.

*  Concours réservé aux membres des Balletomanes Anonymes ouvert du 24 janvier 2018 15h jusqu’au 29 janvier 2018 23h59. Un lot de deux places est mis en jeu. Tirage au sort effectué le 30 janvier par le bureau des Balletomanes Anonymes parmi les bonnes réponses et annoncé sur cette page et par mail dès 15h.

Les danseurs du mois de janvier

Chaque mois, l’association des BA a le privilège de bavarder avec un artiste…

Ce mois-ci, c’est la nouvelle année ! Alors on vous propose plusieurs danseurs ! Ne nous remerciez pas, c’est cadeau !

Bonne année 2018 les Balletomanes Anonymes !

 

Et vous chers Balletomanes, quelles sont vos bonnes résolutions ? N’hésitez pas à nous les envoyer via les réseaux sociaux avec le #BalletomanesAnonymes